L’application de suivi des contacts du NHS a sauvé des milliers de vies – confirmé

Des chercheurs britanniques ont suggéré en février que l’application de recherche des contacts du NHS avait sauvé des milliers de vies en Angleterre et au Pays de Galles. Certains étaient sceptiques, notant que l’allégation était basée sur une extrapolation plutôt que sur des preuves tangibles, mais l’examen par les pairs a maintenant soutenu l’affirmation.

Comme nous l’avons noté la dernière fois, les protections de confidentialité intégrées à l’API de traçage des contacts contre les coronavirus par Apple et Google ont rendu difficile la mesure de l’impact de l’application …

Étant donné que l’API n’enregistre pas les données de localisation, les chercheurs ont dû mesurer l’efficacité indirectement.

Les chercheurs de Turing / Oxford ont utilisé les informations de localisation limitées que les utilisateurs sont invités à saisir lorsqu’ils téléchargent l’application – la première moitié du code postal de leur région – pour comparer l’utilisation de l’application entre les autorités locales voisines.

Ces données ont ensuite été comparées au nombre total de cas de COVID-19 signalés par chaque autorité locale. Les chercheurs ont trouvé une forte corrélation entre l’utilisation des applications, qui varie entre 15 et 45% de la population globale, et le nombre de cas dans une région donnée.

Le document indiquait que la comparaison statistique des zones voisines avec des propriétés socio-économiques ou géographiques similaires suggérait qu’il y avait 594 000 «infections évitées». Avec un taux de mortalité d’environ 1%, cela signifie qu’environ 6000 vies ont été sauvées.

L’examen par les pairs soutient cette affirmation, permettant la publication de la recherche dans Nature, rapporte BBC News.

Le document couvre la période entre le lancement de l’application le 24 septembre de l’année dernière et la fin de 2020. Il a été «utilisé régulièrement» par 16,5 millions de personnes – environ 28% de la population britannique, selon l’étude. […]

Il a envoyé environ 1,7 million de «notifications d’exposition» après que 560 000 utilisateurs d’applications aient été testés positifs. […] Ils estiment que chaque augmentation de 1% du nombre d’utilisateurs d’applications a entraîné une réduction des cas entre 0,8% et 2,3%.

Cette fourchette est due au fait que les protections de la vie privée empêchent la mesure directe, ce qui signifie qu’une des deux approches indirectes différentes a dû être adoptée. L’une est une approche de modélisation, basée sur un ensemble d’hypothèses qui pourraient être contestées. Mais l’autre a examiné les données des autorités locales sur des cas réels – et cela suggérait en fait que c’était plus efficace que le modèle ne l’avait prédit.

Les chercheurs ont déclaré que le nombre de cas évités était de 284 000 selon l’approche de modélisation et de 594 000 selon l’approche statistique. Cela s’est traduit par 4 200 ou 8 700 décès évités respectivement.

Une explication potentielle de l’écart entre les deux est que l’utilisation de l’application peut avoir changé le comportement des gens. Parce que ceux qui utilisent l’application de suivi des contacts du NHS savaient qu’elle mesurait à quel point ils se rapprochaient des autres et pouvaient les obliger à se mettre en quarantaine s’ils étaient informés d’un contact, ils auraient peut-être été plus prudents, en restant plus éloignés des gens.

Photo de John Cameron sur Unsplash

FTC: Nous utilisons des liens d’affiliation automatique générant des revenus. Suite.

Consultez . sur YouTube pour plus d’informations sur Apple: