L’Arabie saoudite liée au rachat de la Formule 1

Les droits commerciaux de la Formule 1 pourraient bientôt appartenir à l’Arabie saoudite, selon un rapport.

Liberty Media a acheté le Formula One Group en 2017, mettant fin au mandat de Bernie Ecclestone en tant que chef de file du sport après avoir été directeur général pendant 40 ans.

Mais le média suisse Blick rapporte que la société américaine « semble avoir perdu tout intérêt pour son jouet de plusieurs milliards de dollars » et cherche à vendre aux Saoudiens.

L’un des résultats, selon le rapport, est qu’il pourrait y avoir une augmentation des grands prix organisés dans la région du Moyen-Orient et de l’Asie.

Déjà cette année, en raison de la pandémie, les trois dernières courses pourraient toutes se dérouler au Moyen-Orient.

L’Arabie saoudite et Abu Dhabi sont déjà confirmés pour les 5 et 12 décembre respectivement, tandis qu’un nouveau grand prix au Qatar devrait combler le 21 novembre le créneau laissé vacant par la course annulée en Australie.

Découvrez tous les derniers vêtements d’équipe 2021 via la boutique officielle de la Formule 1

Les essais de pré-saison et le grand prix d’ouverture de cette année ont eu lieu à Bahreïn, qui a également accueilli une course supplémentaire en 2020. Les essais de la saison 2022, lorsque les nouvelles réglementations de la F1 seront introduites, devraient être partagés entre Bahreïn et Barcelone.

Roger Benoit de Blick écrit que « les Saoudiens sont maintenant à la porte avec leurs valises pour une reprise des Américains » et que si la Formule 1 changeait de mains, cela « apporterait encore plus le spectacle dans la région asiatique ».

Benoit mentionne l’abandon croissant du cœur traditionnel de la F1 en Europe pour des raisons financières, faisant référence au fait qu’il n’y a plus de Grand Prix d’Allemagne à Hockenheim ou au Nurburgring.

Le rapport indique également que Liberty Media n’a pas mis en œuvre de nombreux changements significatifs depuis qu’ils ont pris le contrôle de la Formule 1, à part la suppression de l’utilisation de filles de la grille et la modification de l’heure de départ des courses à 10 minutes après l’heure – une décision par la suite annulée.

Au début de leur implication, le PDG de la F1, Chase Carey – qui a démissionné l’année dernière, remplacé par Stefano Domenicali – a déclaré que « chaque grand prix devrait être comme un Super Bowl », mais ce concept n’a pas réussi à faire son chemin.

Si la Formule 1 se retrouvait entre les mains des Saoudiens, cela déclencherait certainement un tollé en raison du bilan du pays en matière de droits humains. Le royaume a été accusé de « sportswashing » – une offensive de charme dans laquelle le sport est utilisé pour essayer d’améliorer l’image mondiale d’un pays.

Share