in

L’avocat de Maradona ne peut pas utiliser ses marques

12/05/2021 à 21h30 CEST

La justice argentine a ordonné à Matías Morla, l’avocat de Diego Maradona, de cesser d’utiliser les marques faisant allusion à l’ex-footballeur décédé, dans le cadre d’une procédure engagée contre lui par les filles de la star, ont confirmé ce mercredi à Efe des sources liées à l’affaire.

Par mesure de précaution, la juge Alejandra Provitola a décidé de paralyser l’utilisation des marques faisant allusion à Maradona – toutes détenues par la société Sattvica, créée par Morla – après que le parquet eut noté que cette société avait fait «un total de 147 demandes d’enregistrement de marques liées à Maradona (nom, pseudonymes et image) auprès de l’Institut national de la propriété intellectuelle (INPI) ».

Cela s’est produit malgré le fait que le joueur était déjà décédé et qu’une procédure judiciaire était ouverte avec les héritiers. L’affaire a été ouverte après la plainte déposée par les filles du joueur Gianinna et Dalma Maradona, qui accusent Morla de fraude présumée.

“Les 147 marques étaient des ratifications des précédentes qui ont été demandées depuis décembre”, comme “les demandes de l’INPI”, a déclaré Mauricio D’Alessandro, l’avocat du procureur, à Efe, qui a annoncé qu’il avait fait appel de la mesure du juge.

“L’interdiction est pour Sattvica”, a déclaré D`Alessandro et a rappelé que “le seul qui a des marques (Maradona) inscrites est Sattvica.” Le juge avait déjà ordonné l’enregistrement du cabinet d’avocats Morla et l’interdiction de la marque Sattvica. En attendant, en mars dernier, une mesure de précaution envisagée de ne pas innover dans les marques déjà inscrites à l’INPI au profit de Sattvica.

Suite à l’avis du procureur, le magistrat a décidé “d’étendre l’ordonnance d’interdiction d’innovation et de passation de marchés” à toutes les demandes de marques “liées au nom, aux pseudonymes et à la représentation de l’image de Diego Armando Maradona, dans toutes ses variantes (dénominatives, figuratives et mixtes) , en particulier ceux qui sont en cours de traitement devant l’INPI “.

Et que l’interdiction pèse “qu’ils soient ou non sur le territoire de la République argentine”. La firme Sattvica SA a été créée par Morla le 11 juin 2015, mais les filles de Maradona ont dénoncé qu’il s’agissait d’un “tampon en caoutchouc” pour s’approprier toutes les marques “de la star du football et refusent de le rendre à ses propriétaires.

Kevin McCarthy prétend absurdement que les républicains ne soutiennent pas le Big Lie peu de temps après le vote de Cheney ⋆ .

SBI lance un appel d’offres pour la vente de NPA d’une valeur de Rs 217 crore