Le 4×400 mixte ouvre les portes de Tokyo en Silésie

05/01/2021

Activé à 22:46 CEST

.

Le quatuor mixte espagnol 4×400 a réussi à ouvrir la porte aux Jeux olympiques de Tokyo en se qualifiant pour la finale des Coupes du monde de relais de Silésie 2021. et laisser un bon goût dans la bouche après que le reste des équipes ait échoué auparavant à réaliser cet exploit sur la piste de Chorzow.

Les protagonistes du succès ont été Julio Arenas, Andrea Jimenez, Aauri Lorena Bokesa et Bernat Erta, qui a obtenu la deuxième place de la série 1 avec un nouveau record national, 3: 18,97. Ils n’ont été battus que par les Néerlandais Nout Wardenburg, Femke Bol, Lieke Klaver et Tony van Diepen (3: 18,03), qui ont clairement dominé l’épreuve.

Julio Arenas a complété un bon premier poste, délivré à la deuxième place, qu’Andrea Jiménez a réussi à maintenir après un combat difficile avec les Turcs, les Kenyans et les Tchèques. Bokesa a consolidé le projet de classification en ouvrant considérablement le fossé et Erta l’a terminé avec solvabilité.

Derrière, la France, qui a commencé le test avec les deux femmes, a progressé au rythme de Crhistopher Naliali et Thomas Jordier, mais ne pouvait pas compromettre le classement de l’Espagne (3: 20,95).

Le reste des relais espagnols n’a pas pu profiter de la bonne opportunité qui leur a été présenté sur la piste polonaise, où un grand groupe de représentants des grandes puissances universelles, comme les États-Unis ou la Jamaïque, ne sont pas allés plus loin, qu’avant la pandémie et ayant fait classifier leurs équipes, ils ont décidé de ne pas concourir pour préparer le rendez-vous japonais.

Au moins, Les relais féminins 4×400 et 4×100 se sont qualifiés pour les prochaines Coupes du monde en plein air de l’Oregon 2022.

L’équipe féminine 4×400 a ouvert le feu. Comme dans les autres épreuves, les deux premiers et les deux meilleurs temps sont allés à la finale avec le prix du billet olympique. Sara Gallego, Laura Bueno, Bárbara Camblor et Cármen Sánchez ont terminé cinquième et dernier avec 3: 34,92.

Ils ne pouvaient s’empêcher de se battre pour terminer quatrième, mais La Suisse a arraché cet endroit à la fin. Au moins la dixième place au classement mondial leur permettra d’être en Coupe du monde aux États-Unis l’année prochaine.

Le quatuor favori, celui de l’hôte Pologne, composé de Kornelia Lesiewicz, Malgorzata Holub-Kowalik, Kinga Gacka et Natalia Kaczmarek, a remporté sa série en douceur, avec un temps de 3: 28,11, seulement dépassé au décompte final par le Cubain Zurian Hechavarría, Rose Mary Almanza, Lisneidy Veitía et Roxana Gómez (3: 27,90).

J’avais de grands espoirs pour le relais 4×400 masculin, mais rien ne s’est passé comme prévu. Le champion continental, Óscar Husillos, a dirigé le premier poteau et a donné le sentiment d’être cloué. Bien que Lucas Búa ait tenté d’entamer le retour, il n’a pas eu de continuité avec Manuel Guijarro et Samuel Sánchez et les Espagnols ont terminé cinquième et dernier de leur série.

Pays-Bas battus (Jochem Dobber, Liemarvin Bonevacia, Ramsey Angela et Tony van Diepen) avec le meilleur temps du classement général (3: 03,03) après avoir battu l’Afrique du Sud dans un combat rapproché (3: 03,79). La Belgique a terminé troisième avec un temps de 3: 04,01, la Turquie quatrième avec 3: 06,05 et l’Espagne a clôturé la liste avec 3: 06,09, qui a rapporté la treizième position.

“Je parle au nom de l’équipe: Nous n’avons pas fait une bonne course. Nous n’avons pas été au niveau attenduNous avons eu de très bonnes années et nous sommes frustrés et déçus. On ne peut penser qu’à la Coupe d’Europe », a déclaré Samuel García.

Les autres victimes illustres de ce cycle ont été la Pologne, la République tchèque, l’Allemagne et la Grande-Bretagne.

Les relais 4×100 ont apporté un sort similaire. Les femmes ont atteint les Coupes du monde de l’Oregon grâce à la neuvième place finale et les garçons n’ont même pas pu atteindre la finale, ni les Jeux ni le rendez-vous de l’année prochaine.

Le quatuor féminin, composé de Maribel Pérez, Estela García, Paula Sevilla et Cristina Lara, a regretté une petite erreur sur le premier changement cela l’a empêché d’améliorer la quatrième position de la série 3 avec un temps de 44,38.

Un léger échec dans le relais entre Pérez et García a alourdi les options du quatuor hispanique, qui avaient augmenté après la disqualification du Brésil en Série 1 après avoir remporté la course.

Les Néerlandais Jamile Samuel, Dafne Schippers, Nadine Visser et Marije van Hunenstijn ont présenté leur candidature à l’or avec le meilleur temps de la manche (43,28) devant la France, qui a remporté la série dans laquelle l’Espagne a concouru avec 43,51.

L’équipe masculine, qu’il a formée avec José González, Pol Tetamal, Jesús Gómez et Sergio López, a terminé à la quatrième place de la série 1 avec 39,30, temps insuffisant pour accéder à la fin de la session du dimanche et aux Jeux.

L’Italie a signé le meilleur temps du classement général avec 38,45 devant le Brésil (38,45) et l’Afrique du Sud (38,49). La France a été l’une des grandes victimes de la projection et l’Espagne a terminé onzième.

Dans l’épreuve non olympique 2x2x400, avec une finale directe, les Polonais Joanna Jozwik et Patryk Dobek ont ​​gagné (3: 40,92) devant les Kenyans Naomi Korir et Ferguson Cheruiyot Rotich (3: 41,79) et les Slovènes Anita Horvat et Zan Rudolf (3: 41,95).