Le capitaine de Barcelone Lionel Messi refuse de célébrer 200 millions d’abonnés Instagram et appelle à mettre fin aux abus en ligne

Lionel Messi a refusé de célébrer l’atteinte de 200 millions d’abonnés sur Instagram.

Au lieu de cela, le capitaine de Barcelone a appelé à mettre fin aux abus en ligne alors que les entreprises de médias sociaux plaidaient pour qu’elles en fassent davantage pour prévenir la discrimination sur leurs plates-formes.

.

Messi n’était pas d’humeur festive pour son jalon de 200 millions

Dans un post Instagram passionné, Messi a écrit: «Je vois que je viens d’atteindre 200 millions d’abonnés sur Instagram, mais étant donné ce qui se passe aujourd’hui, je ne vais pas prendre cela comme une raison de célébrer.

«Je pense que le moment est venu de donner de l’importance aux personnes derrière chaque profil, de se rendre compte que derrière chaque récit il y a une personne de chair et de sang.

«Nous vivons ensemble en voyant et en subissant des abus, plus et pire à chaque fois sur chaque réseau, sans que personne ne fasse quoi que ce soit pour les arrêter.

«J’aimerais que vous, les 200 millions de personnes qui me suivent, deveniez 200 millions de motivations pour rendre les réseaux sociaux sûrs et respectueux.»

Les clubs de Premier League et EFL et d’autres organismes sportifs sont au milieu d’un boycott des médias sociaux, qui a commencé à 15 heures vendredi et se terminera lundi.

talkSPORT a également décidé de rester silencieux en ligne pendant les vacances de mai.

Lee Clayton, responsable de talkSPORT, a déclaré: «talkSPORT est fier de se joindre au boycott des réseaux sociaux pour défendre ceux qui ont subi des abus réels et durables sur les réseaux sociaux.

«Les réseaux sociaux de talkSPORT sont une partie importante de notre offre multimédia avec 5,6 millions d’abonnés sur nos plateformes sociales. Mais le moment est venu de se tenir aux côtés de la communauté du football contre la haine.

«Le racisme est bien sûr une grande partie de ce boycott. Mais cela englobe également le sexisme, les contenus haineux et hostiles, la discrimination et les abus en général.

«En tant que station, nous prenons des mesures pour protéger nos propres présentateurs contre les abus des trolls des réseaux sociaux et c’est une déclaration importante selon laquelle la haine en ligne ne sera pas tolérée.»