Le complot de l’armée européenne d’Emmanuel Macron éveille les soupçons de Merkel sur sa tentative de prendre la place du Royaume-Uni dans l’UE | Politique | Nouvelles

Macron et Merkel ont “ créé le doute ” sur AZ Jab dit Redwood

Le président français aspire à plus d’autonomie militaire pour le bloc depuis son accession au pouvoir en 2017. La vision de M. Macron est que l’UE ait une identité de défense claire au sein de l’OTAN, poussant à une augmentation des dépenses militaires européennes.

En 2019, le dirigeant français a déclaré que l’OTAN était en “mort cérébrale” et que l’UE devait intensifier son jeu en matière de sécurité.

Mais l’idée suscite des inquiétudes parmi les cercles de la CDU d’Angela Merkel, car ils considèrent le grand plan du dirigeant français comme une tentative de dominer l’UE maintenant que le Brexit britannique a quitté le bloc.

Un haut responsable du gouvernement français a déclaré au chef du groupe Eurasie, Mujtaba Rahman: «Macron a peut-être raison de placer la défense et l’augmentation des dépenses militaires au cœur de son argument en faveur d’une Europe plus forte et plus politique, mais cela se voit inévitablement dans d’autres capitales – en particulier à Berlin. – comme une manière astucieuse de placer la France au centre de la table du haut.

Et même si Mme Merkel a quitté la scène politique allemande en septembre, ses successeurs potentiels ont en effet encore peu de chances d’adopter les idées de M. Macron.

Le rêve de l’armée européenne d’Emmanuel Macron a suscité des soupçons à Berlin (Image: GETTY)

En matière de défense et de sécurité, les deux dirigeants ont déjà verrouillé les cornes sur un projet cross-country pour un nouveau Combat Jet.

D’un coût de plus de 100 milliards d’euros, le Future Combat Air System (FCAS) rassemble l’Allemagne, la France et l’Espagne pour forger une panoplie d’armes dans un contexte d’approfondissement de la coopération européenne en matière de défense.

La chancelière allemande et le président français ont lancé cette ambitieuse entreprise en 2017, lorsque l’UE a été secouée par la décision britannique de quitter le bloc et profondément divisée sur d’autres questions telles que la crise des migrants.

Mais certaines sources proches du projet ont averti que les plans se sont enchevêtrés dans la suspicion et les divergences entre Berlin et Paris.

LIRE LA SUITE: Emmanuel Macron au bord du gouffre: Defector lève le couvercle sur un parti “ antidémocratique ”

Début février, Mme Merkel et le président Macron n’ont pas réussi à régler la question, laissant ouverte la date à laquelle la prochaine tranche de paiements d’au moins 5 milliards d’euros pourra être débloquée, ont déclaré des initiés.

Le FCAS n’est pas le seul projet de défense sur lequel les deux dirigeants européens s’affrontent actuellement.

Le président français et la chancelière allemande sont également en mauvais termes en ce qui concerne le char du futur MGCS, l’hélicoptère Tigre, l’Eurodrone, l’avion de patrouille maritime ou spatiale.

Un haut fonctionnaire français a admis au quotidien français L’Opinion: «C’est un moment un peu difficile».

Les commentaires de M. Macron sur la “mort cérébrale” de l’OTAN, associés à sa décision de rechercher davantage de coopération avec le président russe Vladimir Poutine, avaient provoqué la consternation parmi certains alliés européens, en particulier en Europe de l’Est, qui considère les États-Unis comme la seule protection crédible de la Russie voisine .

NE MANQUEZ PAS:
Brexit LIVE: les pêcheurs de l’UE “ ignorent les règles ” – tentent de voler le marché britannique [LIVE BLOG]
Beaune, l’acolyte de Macron, insiste sur le fait que le vaccin AstraZeneca est payé avec des fonds européens [VIDEO]
Macron et Merkel “ viendront ” pour soutenir le Brexit Grande-Bretagne [ANALYSIS]

emmanuel macron angela merkel la défense de l'ue

Emmanuel Macron fait pression pour que l’UE ait une plus grande indépendance stratégique (Image: GETTY)

La soi-disant armée de l’UE n’existe pas pour le moment, avec des pouvoirs militaires organisés individuellement par les 27 États membres de l’UE.

Le mois dernier, l’UE a approuvé un projet de défense de 5 milliards d’euros qui ouvrira la porte au bloc pour fournir une aide militaire aux pays du monde entier, provoquant une dispute au Parlement européen.

Le plan, appelé Facilité européenne pour la paix (FPE), «aidera mieux les pays partenaires» en soutenant leurs opérations de maintien de la paix et en les aidant à «accroître la capacité de leurs forces armées à assurer la paix et la sécurité sur leur territoire national», l’UE a revendiqué.

Le bloc prévoit d’utiliser cet argent pour financer ses missions et opérations dans le cadre de la politique de sécurité et de défense commune de l’UE, ainsi que des infrastructures et des équipements militaires pour les pays partenaires.

Ils ont déclaré: «Ces mesures peuvent inclure la fourniture d’équipements, d’infrastructures ou d’assistance liés à l’armée et à la défense, à la demande de pays tiers ou d’organisations régionales ou internationales. Les mesures d’assistance seront intégrées dans une stratégie politique claire et cohérente et seront accompagnées d’évaluations approfondies des risques et de garanties solides. “

emmanuel macron angela merkel fcas

Emmanuel Macron et Angela Merkel verrouillent également leur projet FCAS (Image: GETTY)

Le projet sera financé par les contributions des États membres de l’UE et doté de 5 milliards d’euros jusqu’en 2027.

Mais pour approuver la proposition, le nouveau FPE a été séparé du principal budget septennal de l’UE afin de contourner les règles du bloc interdisant de dépenser son budget dans les armes.

Il a divisé les députés européens au Parlement européen qui estiment qu’un cadre de conformité doit être mis en place car ils craignent que le paiement des armes ne soit une question sensible pour certains États membres.

Le député européen David McAllister (PPE), président de la commission des affaires étrangères du Parlement européen (AFET), a déclaré à EURACTIV: «La Facilité européenne de paix comble une lacune dans la capacité d’action extérieure de l’UE à agir.

“Il crée un instrument unique pour le financement global de l’ensemble de la politique étrangère et de sécurité commune (PESC) dans les domaines militaire et de défense.”

Selon lui, cela permettrait «plus de flexibilité, un soutien renforcé aux missions PSDC et aux opérations de soutien à la paix menées par les partenaires de l’UE en soutien d’objectifs de sécurité communs».

Il a ajouté: «D’une manière générale, la Facilité européenne de paix doit être menée dans un cadre solide de mesures de conformité, d’analyse des risques et de contrôle. En tant que Parlement européen, nous attendons du Conseil et de la haute représentante qu’ils nous tiennent régulièrement informés pleinement. “

Bruxelles a déclaré que ce nouvel instrument, l’UE peut «élargir sa portée géographique» en contribuant au «financement des opérations militaires de soutien de la paix et des mesures d’assistance pour nos partenaires partout dans le monde».

Le bloc affirme également que le mécanisme est nécessaire pour rendre ses missions de formation dans trois pays africains plus efficaces et pour lui permettre de contribuer aux efforts de maintien de la paix ailleurs dans le monde.