Le gouvernement suspend les nouveaux projets éoliens offshore en Espagne

29/06/2021 à 10h03 CEST

Le ministère de la Transition écologique et du Défi démographique a décidé de suspendre les nouveaux projets éoliens en mer dans les eaux territoriales. Dans une disposition complémentaire de l’arrêté royal portant adoption de mesures urgentes dans le domaine de la taxation de l’énergie et dans le domaine de la production d’énergie, et sur la gestion de la redevance de régulation et du taux d’utilisation de l’eau

« Depuis l’entrée en vigueur de cet arrêté-loi royal, et jusqu’à l’approbation par le Gouvernement d’un nouveau cadre réglementaire pour les installations de production d’électricité En mer territoriale, aucune nouvelle demande de réservation d’une zone d’installations éoliennes ne sera acceptée marinas dans le cadre de la procédure établie au titre II du décret royal 1028/2007, du 20 juin ”, lit le premier point de cette disposition, tel que rapporté par El Periódico de la Energía.

Par ailleurs, le ministère assure que « les nouvelles demandes d’autorisation administrative d’installations de production éolienne offshore ne seront pas acceptées en vertu des dispositions de l’article 32 du décret royal 1028/2007, du 20 juin ».

Bien entendu, « les demandes d’autorisation administrative présentées avant l’entrée en vigueur de cette disposition additionnelle continueront à être traitées comme prévu par le décret royal 1028/2007, du 20 juin ».

De cette manière, le gouvernement veut mettre de l’ordre dans le traitement des nouveaux projets de l’éolien offshore en Espagne.

« De même, à la lumière de la nouvelle réglementation d’aménagement de l’espace maritime, il est nécessaire de procéder à une réforme structurelle de la réglementation pour le traitement des installations de production d’énergie éolienne en mer, qui tienne également compte de l’évolution du cadre de rémunération des énergies renouvelables et les progrès technologiques. Actuellement, des demandes de réservation de zone ont été enregistrées pour plus de 13 GW, alors pendant que ladite réglementation est en cours d’élaboration il faut éviter que les attentes de ce changement réglementaire ne provoquent une augmentation exponentielle des demandes, avec l’insécurité juridique qui en découle ».

Des projets pour 13 GW ont déjà été présentés

Le chiffre donné par le ministère de 13 GW présenté à ce jour est étonnant. Au cours de la dernière année, différents projets éoliens offshore flottants ont été présentés au ministère. Parmi ceux connus à ce jour, un peu plus de 3 GW, les projets suivants se démarquent :

1.- IBERDROLA : La compagnie d’électricité a soumis trois projets au Ministère. Le premier d’entre eux était dans les eaux de Gran Canaria, dont la puissance s’élève à 238 MW. A ceux-ci s’ajoutent les deux projets présentés en Galice de 490 MW chacun. Au total, Iberdrola dispose déjà de 1 218 MW dans trois projets qui en font le plus grand acteur éolien offshore en Espagne.

2.- BLUEFLOAT ENERGY ET SENER : Les deux entreprises ont présenté le projet Tramuntana de 1 000 MW au large de la côte catalane. Cela, oui, reste le plus grand projet présenté à ce jour.

3.- GREENALIA : 250 MW d’éolien offshore dans cinq projets de 50 MW chacun sur la côte de Gran Canaria.

4.- EDPR ET ENGIE (OCEAN WINDS) : Deux projets, l’un de 144 MW à Gran Canaria et l’autre de 50 MW au large de Lanzarote.

5.- ACS : réalisera différents projets pour développer 200 MW d’énergie éolienne offshore flottante au large de l’île de Gran Canaria.

6.- ENEROCEAN : ils développeront 180 MW avec leur plate-forme innovante W2Power, la première plate-forme éolienne offshore flottante à double turbine au monde, dans deux projets sur la côte de Gran Canaria devant la municipalité de San Bartolomé de Tirajana.

Le dernier projet à se faire connaître est celui de Saitec au large de la côte basque. Il s’agit d’un projet électrique de 45 MW (seulement trois éoliennes de 15 MW chacune).

Le gouvernement a maintenant l’intention d’adjuger les zones pour développer l’éolien offshore. Il s’agit de mettre de l’ordre avant la haute présentation des projets. Le ministère a déjà sélectionné les zones où ces projets peuvent être développés et souhaite désormais lancer un appel d’offres sur les droits maritimes, une sorte de location des eaux marines pour que les parcs puissent être installés.

La norme approuvée par le gouvernement dit textuellement :

Troisième disposition supplémentaire. Demandes d’autorisation administrative d’installations présentées en vertu du décret royal 1028/2007, du 20 juin, qui établit la procédure administrative pour le traitement des demandes d’autorisation d’installations de production d’électricité dans la mer territoriale.

1. A compter de l’entrée en vigueur du présent arrêté-loi royal, et jusqu’à l’approbation par le Gouvernement d’un nouveau cadre réglementaire pour les installations de production d’électricité en mer territoriale, aucune nouvelle demande de réservation de superficie d’installations ne sera acceptée pour la production éolienne en mer. dans le cadre de la procédure établie au titre II du décret royal 1028/2007, du 20 juin.

2. Les nouvelles demandes d’autorisation administrative d’installations éoliennes offshore ne seront pas non plus acceptées en vertu des dispositions de l’article 32 du décret royal 1028/2007 du 20 juin.

Les demandes d’autorisation administrative soumises avant l’entrée en vigueur de cette disposition supplémentaire continueront à être traitées conformément au décret royal 1028/2007 du 20 juin.

Cela peut vous intéresser : L’énergie éolienne a permis d’économiser 210 millions de tonnes de CO2 en Espagne en sept ans

Share