Le hit de Martha et les Vandella

« Danser dans la rue », le Marthe et les Vandella chanson co-écrite par Marvin Gaye avec Mickey Stevenson et Ivy Jo Hunter, est le parfait disque de danse Motown. C’est contagieux, il y a de bons mots, de grands musiciens qui jouent leurs chaussettes et, à deux minutes et 38 secondes, il a le punch parfait. C’est Gaye qui joue de la batterie sur le disque, avec le légendaire Motown Funk Brother James Jamerson à la basse.

« Dancing In The Street » démontre exactement ce qui rend les disques de Motown si séduisants. Cela commence par la formule éprouvée et fiable de la marque, qui consiste à attirer l’attention sur les dix premières secondes. L’introduction, avec Martha chantant « Calling out around the world », est irrésistible.

Et elle l’a certainement fait quand ce disque est sorti de nos radios à transistors au cours de l’été 1964, après avoir été enregistré le 19 juin. Quatre mois plus tard, le 17 octobre, il a atteint la deuxième place du Billboard Hot 100, y restant pendant deux semaines et gardé du haut seulement par « Do Wah Diddy Diddy » de Manfred Mann. Tous les mods britanniques qui se respectent l’ont adoré, mais tout le monde au Royaume-Uni n’était pas d’accord car il n’a atteint que la 28e place des charts britanniques. Le single Martha & the Vandellas a été réédité en 1969 et à cette occasion a fait le top cinq.

Le fondateur de Motown, Berry Gordy, avait une stratégie simple. Il voulait que ses disques plaisent à tout le monde, noir ou blanc, c’est pourquoi et comment il a inventé le slogan « The Sound of Young America ». Alors que le son de la Motown semblait simple, il s’agissait d’une musique pop d’un genre incroyablement sophistiqué. Certains l’ont appelé « pop de chaîne d’assemblage », sans aucun doute en raison de son lien avec Détroit, la ville automobile, « Motown » elle-même. Pourtant, Gordy et sa petite équipe ont réussi à faire en sorte que chaque disque sonne comme s’il avait été fabriqué à la main, ce qu’il avait fait. « Hitsville », le nom assuré de Gordy pour le QG de la Motown, est très vite devenu une usine à succès.

« Dancing In The Street » a été repris à plusieurs reprises, de façon mémorable par Mick Jagger et David Bowie pour le mouvement Live Aid de 1985. Mais en 1968, Jagger et Keith Richards avaient déjà « emprunté » une ligne de la chanson qu’ils ont utilisée dans les pierres qui roulent‘ « Street Fighting Man »: « Parce que l’été est arrivé et que le moment est venu de se battre dans la rue, mon garçon. » Les mamans et les papas a fait une excellente version, et dans l’arène rock, Van Halen a eu un hit du top 40 aux États-Unis avec la chanson en 1982, après des lectures par les Grateful Dead et Black Oak Arkansas. Parmi les autres reprises de cet hymne de la Motown figurent des versions de Phil Collins, Les Kinks, Neil Diamant, Petula Clark, les frères marcheurs et L’OMS. Mais comme c’est souvent le cas, l’original est le meilleur.

Écoutez ‘Dancing In The Street’ sur Martha & the Vandellas’ The Definitive Collection.

Share