Le Japon accorde le statut de réfugié à un footballeur birman qui a refusé de rentrer

20/08/2021 à 11h46 CEST

.

Le Japon a accordé le statut de réfugié au gardien birman Pyae Lyan Aung, qui a refusé de retourner dans son pays après avoir disputé un match dans le pays en mai au cours duquel protesté contre le coup d’État militaire février dernier.

« Je suis reconnaissant au peuple japonais, au gouvernement japonais et à toutes les personnes qui m’ont soutenu jusqu’à présent. Je suis soulagé», a déclaré l’athlète dans des déclarations recueillies par l’agence de presse Kyodo, après avoir reçu son certificat d’asile vendredi au bureau régional de l’immigration d’Osaka, dans l’ouest du pays.

Le gardien de 27 ans a exprimé son désir d’étudier le japonais et de rester travailler sur le territoire. En juillet, il rejoint une équipe de troisième division de la ligue professionnelle japonaise, la J-League, en tant qu’apprenti.

L’Agence japonaise des services migratoires lui a accordé le statut de réfugié et un permis de séjour de cinq ans, arguant du risque de persécution s’il retournait en Birmanie après l’incident.

Pyae Lyan Aung a levé trois doigts pour saluer « Nous avons besoin de justice » lorsque l’hymne national a retenti. avant le match avec l’équipe japonaise le 28 mai à Chiba, en Birmanie (Myanmar), premier match international de qualification pour la Coupe du monde 2022 depuis le coup d’État.

Alors que l’équipe birmane s’apprêtait à quitter l’archipel le 16 juin après avoir disputé deux autres matches de qualification, le gardien de but a déclaré aux autorités de l’immigration de l’aéroport du Kansai (ouest) qu’il souhaitait rester au Japon, où il était arrivé début mai avec un court-circuit. permis d’une durée maximale de 90 jours.

Il a demandé le statut de réfugié et un changement de visa le 22 juin, affirmant craindre pour sa vie après le geste, utilisé comme une démonstration de résistance en Birmanie contre le coup d’État militaire.

L’athlète rejoint ainsi la communauté birmane au Japon, environ 35 000 habitants, selon les données de l’exécutif japonais. Quelque 2 500 Birmans ont demandé l’asile en tant que réfugiés à la suite du coup d’État et de la violente répression des manifestations.

Le Japon est l’un des pays qui accorde le moins de statut de réfugié. Sur les 3 936 demandeurs d’asile en 2020, seuls 47 l’ont obtenu, selon les données du ministère de la Justice.

Share