Le juge propose le rejet de l’affaire Cala

30/04/2021

Activé à 18:16 CEST

.

Le juge d’instruction du dossier ouvert au joueur Cadix Juan Cala pour des insultes racistes présumées envers le Valencianiste Mouctar Diakhaby a proposé à la commission de la concurrence de la RFEF le rejet de l’affaire car les faits n’étaient pas prouvés, comme l’a rapporté ce vendredi le club andalou.

Le rapport de huit pages de l’instructeur, Juan Antonio Landaberea Unzueta, souligne que “pour réfuter la présomption d’innocence, la certitude des faits tirée de la libre appréciation des preuves est nécessaire, la certitude que dans ce cas est inexistante”, c’est pourquoi les preuves documentaires et témoins fournis par Valence sont rejetés.

Le dossier précise qu ‘«aucun des nombreux fichiers audiovisuels disponibles ne permet de discerner une insulte raciste alléguée», comme le concluent les rapports fournis par LaLiga «dans les mêmes termes de déni de la preuve de l’insulte».

Il est fait référence à un deuxième rapport de la société Apherton Grupo Investigación qui révèle que “l’analyse comportementale du joueur en question ne regarde pas ou ne se réfère pas directement au joueur numéro 12 de Valence, n’appréciant pas la directionnalité dans ce qui précède vers ledit joueur” .

En outre, sur la base des éléments de preuve présentés par Valence, il est conclu que “il n’y a pas de témoignage direct ou indirect de l’insulte possible“et que” tous les témoignages d’experts conduits à l’unanimité concluaient “qu’il n’existait pas.

Tel qu’établi par le Code Disciplinaire RFEF, un délai de dix jours ouvrables a été accordé pour formuler les allégations.

Les événements se sont produits le 4 avril lors d’un match de la vingt-neuvième journée de LaLiga Santander joué au stade Ramón de Carranza. Diakhaby a dénoncé à 29 minutes avoir fait l’objet d’une insulte raciste présumée de la part de Juan Cala.

Valence s’est retiré du terrain, mais plus tard, après plusieurs minutes, il est revenu sans le joueur français et le match a repris. Cala, qui a nié les faits, a été remplacé à la mi-temps.