Le maire de Chicago va discriminer les journalistes sur la base de la race ⋆ .

Lori Lightfoot, la maire de Chicago, a déclaré qu’elle baserait ses décisions sur les journalistes qui pourraient l’interroger sur la couleur de la peau. Seuls les journalistes à la peau noire ou brune auront le privilège de s’entretenir en tête-à-tête avec Her Lightness.

Il fut un temps – comme cette fois l’an dernier – où je n’aurais pas pu imaginer une personnalité publique faire une telle chose. Mais maintenant, avec BLM et la théorie critique des races à la mode, le mouvement de Lightfoot, tout en choquant la conscience, ne choque pas l’imagination.

Déjà, cependant, il y a eu une réaction contre la décision raciste de Lightfoot. Un journaliste latino, Gregory Pratt du Chicago Tribune, devait l’interviewer. Il a demandé au maire de revenir sur sa politique de n’accorder des interviews qu’aux journalistes «noirs et bruns». Lorsque le maire a refusé, Pratt a annulé l’entretien.

La décision courageuse de Pratt donnera une mauvaise image des journalistes «noirs et bruns» qui interviewent Lightfoot. Mais je doute que cela les dissuade. Pour chaque journaliste de principe, il y a une douzaine de putes. Du moins, c’est mon expérience avec la presse américaine.

L’objectif de Lightfoot est de forcer les principaux médias de Chicago à prendre des décisions d’embauche sur la base de la race. En d’autres termes, pour violer la loi.

Elle pourrait bien réussir.

Je terminerai par une citation de Lightfoot qui dit tout. Du corps de presse qui couvre Chicago, Lightfoot a déclaré:

Beaucoup d’entre eux sont intelligents et travailleurs, avertis et compétents. Mais surtout blanc, néanmoins.

Leur blancheur seule les disqualifie.

Est-ce ce que l’Amérique arrive aussi? C’est vrai, à moins que les Américains ne commencent à faire marche arrière. Peut-être que le racisme flagrant de Lightfoot donnera un élan à la poussée.