Le marché inexplicable de la NBA – AS.com

La NBA a publié mardi deux nouvelles pour les intérêts espagnols. Le premier a été la signature du contrat qui unit Usman Garuba aux Houston Rockets. La deuxième, le transfert de Juancho Hernangómez du Minnesota à Memphis, une franchise de tradition espagnole où Gasol, Pau et Marc, et Juan Carlos Navarro ont déjà joué, et où cette année Santi Aldama fera également ses débuts. Avec l’incorporation de Garuba et d’Aldama, il y a déjà 18 joueurs espagnols, sept l’année prochaine, dans la ligue américaine, qui vont de la présence pionnière et symbolique de Fernando Martín à Portland en 1986, au sacre de Pau et Marc avec la conquête du ring et avec sa sélection pour le All Star, élevé à l’excellence avec ce premier saut au Madison Square Garden en 2015.

Bien qu’il y ait déjà une certaine habitude des joueurs espagnols dans le tournoi américain, et que la surveillance du pays soit large et spécialisée, il y a encore des choses que le grand public grince un peu, ou beaucoup, elles ne sont pas bien comprises, à moins depuis la perspective européenne. Le meilleur exemple est les mouvements du marché. Il y a tout juste un mois, les services médicaux des Wolves ont reculé pour empêcher Juancho de participer aux Jeux olympiques afin de protéger son avenir en raison d’une blessure à l’épaule, tandis que maintenant ils l’ont initié à une opération de change, si courante pour ces paiements. Plus contradictoire encore est la situation de Ricky Rubio, qui en un an à peine a enchaîné quatre équipes : Phoenix, Oklahoma, où il n’a pas joué, Minnesota et Cleveland. Son statut de MVP de la dernière Coupe du monde ou son inclusion dans le quintette idéal de Tokyo 2020 ne lui ont servi à rien pour éviter ces hauts et ces bas. Le marché NBA est comme ça, et c’est comme ça qu’il faut l’accepter. jeTout comme cela vous fait mal, cela peut vous être bénéfique, comme cela est arrivé à Pau Gasol avec les Lakers.

Share