Le numéro deux russe et mondial de 25 ans remporte son premier gros avec un triple 6-4 à New York

13/09/2021

Le à 01:18 CEST

Idoya Noain

Tout était prêt pour écrire le chapitre historique. L’organisation de US Open il avait travaillé dur pour être à Flushing Meadows depuis le début du tournoi Tige Laver, l’homme qui Novak Djokovic pouvait prendre le témoin dans un exploit monumental : le Grand Chelem, les quatre plus grands d’un an, que l’Australien a remporté pour la dernière fois en 1969. Si le Serbe, numéro un mondial, remportait son quatrième titre new-yorkais, il marquerait aussi son grand numéro 21, un de plus que Roger Federer et Rafael Nadal. L’exploit était là, à un pas. Daniil Medvedev l’a ruiné.

Oubliant ou peut-être se venger de la finale australienne où Djokovic l’a écrasé, c’est le numéro deux mondial qui a cette fois battu la bête sans pitié. En seulement deux heures et quart et trois sets, avec un triple 6-4, les Moscovite de 25 ans, avec une faim vorace de son premier gros il était, dans sa troisième finale d’un, enfin satisfait.

Medvedev l’avait déjà prévenu après avoir remporté sa demi-finale contre Félix Auger-Aliassime. « Je vais donner tout ce qu’il me reste, et Il me reste beaucoup & rdquor;. C’était certainement plus que suffisant pour un Djokovic qui était flou.

Share