Le patron d’Overwatch Chacko Sonny quitte Blizzard pour « un peu de temps libre »

Chacko Sonny, ancien patron d'Overwatch

L’ancien patron d’Overwatch Chacko SonnyPhoto : Matthew Eisman (.)

Avec Overwatch 2 toujours en développement, le producteur exécutif de la série a quitté Blizzard pour ce que la société dit être « un peu de temps libre ».

Chacko Sonny, qui travaille chez Blizzard depuis 2016 et a travaillé sur les deux jeux Overwatch, a annoncé vendredi son départ à ses collègues, rapporte Bloomberg. En plus de son rôle sur Overwatch, il était également vice-président de l’entreprise.

Une déclaration publiée par Blizzard indique qu’il « quitte Blizzard pour prendre un congé après 5 ans de service. L’équipe Overwatch profonde et talentueuse fait d’excellents progrès sur Overwatch 2, et grâce à leur travail acharné, le jeu est en phase finale de production. Nous en partagerons plus lors de la grande finale de l’Overwatch League plus tard ce mois-ci.

C’est en fait ce week-end, avec un grand événement d’actualité Overwatch 2 prévu pour le 25 septembre. Bien que ni la déclaration de Blizzard ni le propre e-mail d’adieu de Sonny à ses collègues ne mentionnent la crise en cours dans l’entreprise, il rejoint une liste sans cesse croissante de départs de haut niveau qui comprend Le directeur d’Overwatch, Jeff Kaplan, est parti en avril, tandis que le mois dernier, le directeur du jeu Diablo 4, Luis Barriga, le concepteur principal Jesse McCree et le concepteur de World of Warcraft, Jonathan LeCraft, ont été licenciés par Blizzard.

Le président de Blizzard, J. Allen Brack, a également démissionné le mois dernier, à peu près au même moment que le directeur des ressources humaines de la société, Jesse Meschuk, tandis que la semaine dernière, le directeur juridique de la société a également démissionné.

G/O Media peut toucher une commission

En juillet, le California Department of Fair Employment and Housing (DFEH) a poursuivi Activision Blizzard pour plusieurs « violations des droits civils de l’État et des lois sur l’égalité de rémunération », y compris le harcèlement généralisé, la discrimination et les abus, en particulier contre les femmes de l’entreprise. Notamment, la poursuite cite une soi-disant « Suite Cosby » à la BlizzCon, une chambre d’hôtel connue pour le comportement fâcheux de certains des meilleurs hommes de l’entreprise à l’époque.

À la suite de cela, les employés ont organisé un débrayage très médiatisé et ont envoyé une lettre à l’entreprise condamnant son comportement horrible. Plus récemment, ces employés ont déclaré qu’Activision Blizzard ne répondait pas à leurs demandes.

Les sponsors ont retiré leur soutien aux esports de l’entreprise. Activision Blizzard a fait l’objet d’un deuxième procès (un recours collectif) contre le premier. Et hier, comme rapporté pour la première fois par le Wall Street Journal, la nouvelle a été annoncée que la Securities and Exchange Commission des États-Unis a lancé une enquête approfondie sur Activision Blizzard, émettant même une assignation à comparaître (en gros, une ordonnance du tribunal qui oblige légalement quelqu’un à témoigner) au PDG de longue date. Bobby Kotick.

Share