Le plus bas du plus bas cette semaine dans la haine des médias libéraux contre Sinema – RedState

Que feront les médias pour essayer de vous détruire si vous n’êtes pas d’accord avec l’agenda qu’ils veulent faire avancer ?

Nous avons vu un grand exemple de cela avec le président Donald Trump, comment ils ont fait tout ce qu’ils pouvaient pour essayer de le détruire parce qu’ils savaient qu’il allait faire obstacle à l’agenda démocrate.

Ce n’est pas seulement Trump, cependant, bien qu’il ait certainement reçu plus d’attaques que quiconque de la part des démocrates et des médias. Rappelez-vous que même le sénateur de Milquetoast Mitt Romney (R-UT), lorsqu’il s’est présenté à la présidence, a été décrit par eux comme quelqu’un qui a abusé des chiens et dont les actions ont conduit à la mort d’un patient atteint de cancer. Bien sûr, ils semblent dépeindre chaque républicain qui se présente comme un nazi, juste par définition démocrate.

Mais ce ne sont pas seulement les républicains de gauche qui essaieront de faire tomber. Encore une fois, c’est toute personne qui se dresse sur leur chemin.

Prenez le sénateur Kyrsten Sinema (D-AZ). Elle a beaucoup d’objections au projet de loi sur les dépenses sociales de Joe Biden, y compris le prix et certaines des dispositions fiscales qu’il contient.

Les gens de gauche se disputent-ils avec elle sur le fond, essaient-ils de la faire sortir de ses positions ? Non, ils l’attaquent, l’accusent d’être dans la poche des lobbyistes. Les militants la suivent et essaient de la harceler partout où elle va.

Les médias racontent également des histoires personnelles ridicules à son sujet, critiquant même ce qu’elle porte lorsqu’elle préside à son tour le Sénat. Maintenant, nous pouvons nous demander si c’est bien ou mal de porter du denim au Sénat, mais nous savons que la seule raison pour laquelle ils l’attaquent pour ça, c’est parce qu’ils la considèrent comme un obstacle. Cependant, laisser entendre que le denim est raciste est tout à fait absurde.

Mais croyez-moi, ce n’était même pas le plus bas du plus bas de la haine de Sinema jusqu’à présent pour la semaine, bien qu’il soit définitivement bas.

Non, je pense que le prix pour le plus bas de la semaine jusqu’à présent doit être un éditorial de NBC de Lux Alptraum intitulé « Est-ce que Kyrsten Sinema de l’Arizona est mauvais pour les Américains bisexuels ? »

Maintenant, lorsque Sinema est arrivée pour la première fois, la gauche la claironnait avec sa politique identitaire comme un « triomphe de la représentation bisexuelle », comme l’a dit Alptraum. Qu’est ce que ça veut dire? Tous les bisexuels sont-ils censés agir d’une certaine manière ou avoir une philosophie politique particulière ?

Mais maintenant, tout a mal tourné, selon Alptraum, qui est bisexuel, parce que Sinema nourrit des «stéréotypes» de bisexuels.

Au lieu d’une icône effrontée et bisexuelle désireuse et capable de tenir tête à l’extrême droite, elle est maintenant considérée comme une centriste peu fiable, une transfuge démocrate égocentrique plus obsédée par l’attention et le remplissage de ses propres poches que par l’élévation de sa communauté. N’étant plus une icône bi, elle est désormais présentée comme une mise en garde sur les limites de la représentation. [….]

On dit constamment aux femmes bi que nous ne sommes pas dignes de confiance, que notre attirance pour les genres multiples signifie que nous sommes plus susceptibles de tricher. Nous sommes appelés cupides pour trouver plus d’un genre attrayant, « déroutant » pour aimer plus d’un genre et égocentrique parce qu’apparemment notre cerveau est incapable de penser à bien au-delà de notre propre gratification sexuelle. Au sein de la communauté LGBTQ, les bisexuels peuvent être considérés au mieux comme des membres du beau temps – susceptibles de renflouer la seconde où nous cessons de nous amuser. Les médias ne parlent peut-être pas de la vie sexuelle de Sinema, mais sa réputation politique de cupide, peu fiable et en quête d’attention fait écho à de nombreux stéréotypes auxquels ma communauté est confrontée depuis des années.

Maintenant, c’est peut-être juste moi mais je n’ai jamais entendu parler de ces prétendus stéréotypes. En effet, il me semble que Sinema agit en fait très courageusement en respectant ses principes face à un effort massif pour la rabaisser et la salir. Cela correspond à peine à aucun de ces stéréotypes.

Mais qui a dit que Sinema devait s’adapter à la notion préconçue de ce qu’est ou pense un bisexuel ? N’est-ce pas l’intérêt de ne pas avoir de stéréotypes, de ne pas préjuger et de mettre les gens dans des cases ? Qu’en Amérique nous sommes libres de penser et de croire comme bon nous semble ? Du moins prétendument ? Pourtant, Alptraum veut la mettre dans une boîte et exiger qu’elle ait une certaine façon de penser les choses parce qu’elle est bisexuelle ?

Mais les démocrates ne peuvent pas vivre sans politique identitaire et sans ces cases.

Peut-être que si vous ne voulez pas nourrir les « stéréotypes », alors n’essayez pas d’y faire entrer les gens simplement parce que vous n’êtes pas d’accord avec leur position politique ?

L’essentiel est que la seule raison pour laquelle les couteaux sortent ici est parce qu’elle fait obstacle à l’Agenda. Soyons honnêtes – si elle ne l’était pas, ils roucouleraient sur son choix courageux de porter du denim au Sénat et parleraient de son caractère nerveux.

Share