Le prince Harry «a eu plus de mal à trouver son chemin» à Eton que William «très intégré» | Royal | Nouvelles

On a dit que William était «très intégré» – dans la mesure où il a été voté dans la société Eton connue sous le nom de «Pop». Le futur roi a rejoint la prestigieuse école privée – qui a des frais de scolarité de 48 501 £ par an – en 1995 à l’âge de 13 ans.

Il entreprendrait le water-polo et deviendrait capitaine de son équipe de football, obtenant un diplôme de niveau A en géographie au grade «A», en biologie au grade «C» et en histoire de l’art au grade «B» cinq ans plus tard.

Le duc de Cambridge fréquentant le Eton College a marqué un changement dans la tradition royale lorsque le prince Philip et ses fils, le prince Charles, le prince Andrew et le prince Edward ont tous fréquenté Gordonstoun en Écosse.

Harry a fréquenté l’école de 1998 à 2003 et a obtenu deux niveaux A – un «B» en art et un «D» en géographie.

Le duc de Sussex a déclaré qu’il «n’était certainement pas aussi reconnaissant» que pour son éducation, mais qu’il se rend compte de «l’incroyable opportunité» qui lui a été donnée avec le recul.

S’adressant au magazine The Cut, des contemporains des frères royaux ont offert un aperçu de la vie à l’intérieur des célèbres murs de l’école.

L’un d’eux, nommé Jim, a déclaré: «William était très intégré.

«William était un Pop donc il était comme un type de roi de retour, mais Harry n’était pas – je pense qu’Harry avait probablement plus de mal à trouver son chemin.

«L’attitude à leur égard était très concrète.»

LIRE LA SUITE: Meghan Markle a reçu un avertissement subtil de ne pas réagir à une mauvaise presse

William a pris une année sabbatique après Eton, prenant part à des exercices d’entraînement de l’armée britannique au Belize. Il s’est également rendu en Afrique, a enseigné à des enfants dans le sud du Chili et a travaillé dans des fermes laitières en Angleterre.

Après Eton, Harry s’est également lancé dans une année sabbatique, y compris une période en Australie où il a travaillé dans un élevage de bétail, comme le prince Charles l’avait fait dans sa jeunesse.

Il a également travaillé avec des enfants orphelins au Lesotho où il a ensuite fondé l’association caritative Sentebale avec le prince Seeiso, de la famille royale Basotho.