Le promoteur de Casimero et Pacquiao qualifie la performance de Rigondeaux de « honteuse »

Casimero-Rigondeaux

Dario Pérez
@ Ringsider2020

Le combat du week-end dernier pour le championnat du monde des poids coq WBO continue de faire parler de lui.

Le Philippin John Riel Casimero a conservé son titre par décision partagée contre le Cubain Guillermo Rigondeaux, un combat qui ne restera pas dans l’histoire tant il était divertissant et actif, car il y a eu des minutes, voire des rounds, dans lesquels nous n’avons pratiquement pas vu de performance offensive, en particulier de la part de l’Amérique centrale.

Cependant, les esquives de celui-ci, que Casimero a à peine impacté lors des douze rounds, ont également fait que de nombreuses voix se demandent si, malgré l’ennui, avec la réglementation stricte lors du jugement, Rigondeaux aurait dû gagner en plaçant les meilleures mains du combat. Ce qui est incontestable, c’est que Casimero aurait dû être disqualifié, ou dans le meilleur des cas, un ou deux points retirés, après plusieurs « coups de lapin » (coups de poing à l’arrière de la tête) alors que son adversaire était le visage tourné vers le bas dans le premier tour. Continuez, continuez. Jusqu’à ce qu’un malheur survienne, les terribles arbitres vont ignorer ce type d’actions si dangereuses pour la santé des combattants.

Au-delà de cela, nous avons voulu recueillir les déclarations de Sean Gibbons, président de Manny Pacquiao Promotions et, donc, qui gère les combats que conteste Casimero. Pour lui, sa pupille «Il est sorti pour se battre, pour donner aux fans ce qu’ils voulaient, pour donner des coups de poing. L’arbitre a fait un travail terrible, il a dû arrêter le combat et ordonner de se battre, et enlever des points (à Rigondeaux), avoir fait quelque chose. C’est une blague, une putain de blague ». Nous supposons que les actions du Philippin frappant derrière la tête l’ont attrapé au bar, ou en train de regarder ses messages WhatsApp. Gibbons poursuit en déclarant que «C’est le combat le plus embarrassant que j’ai vu en 35 ans de boxe, et pas à cause de Casimero, mais à cause de cet homme (Rigondeaux). C’était horrible, ça ne ressemblait pas à une bagarre, j’ai juste couru et couru ».

Comme données plus objectives que nous avons pu collecter, selon Compubox, Casimero a connecté 47 des 297 coups pendant le combat, tandis que le Cubain critiqué a touché 44 des 221.

Share