Le rêve de l’Angleterre contre la machine ukrainienne de Shevchenko

02/07/2021 à 21:05 CEST

Sébastien Vargas Rozo

Si nous voyons que lors des cinq dernières Coupes d’Europe, nous avons une équipe qui n’a pas passé les quarts de finale, à une certaine occasion elle est partie au premier tour et même En 2008, il ne s’est même pas qualifié, il ne correspondrait pas au profil de l’Angleterre. Mais les « Trois Lions » n’ont pas été très amicaux envers le tournoi continental.

Ils n’ont jamais mis le pied sur une finale de l’Euro. Et cela fait 25 ans qu’ils ont obtenu leur meilleur résultat : les demi-finales. C’était chez lui, avec son peuple, comme cela a été le cas dans cette édition. Mais aujourd’hui, à Rome, le vrai test décisif sera à venir : L’Ukraine d’Andriy Shevchenko aux Jeux olympiques de la capitale italienne.

Chaque Anglais de l’équipe est pleinement conscient de la soif de gloire de leur nation. Ils l’ont prouvé après avoir battu l’Allemagne en huitièmes de finale, avec un Wembley qui a chuté malgré un manque de capacité. Comme lors des quarts de finale de 1996, lorsque Hierro et Nadal ont raté la série de pénalités pour donner la qualification aux locaux. Là, en fête, un jeune Gareth Southgate ne se doutait même pas que quelques décennies plus tard, il serait chargé de diriger les illusions d’un pays qui veut encore gagner quelque chose.

Car, même si ce ne sera pas un rival facile, le « coup de pouce » qui leur a donné de battre les Allemands les a jetés vers la gloire. Southgate a appliqué une défense de trois contre une équipe Low qui s’est retrouvée sans réponses. Aujourd’hui, sur le sol romain, devrait revenir aux quatre habituels derrière qui l’a qualifié en phase de groupes sans encaisser le moindre but lors des trois matchs disputés.

Jordan Pickford agira, encore une fois, en gardant les piolas britanniques. Devant lui, quatre « rochers » : Walker, Stones, Maguire et Shaw. Trippier en sortirait, joueur de premier but contre l’Allemagne mais sacrifié avant le changement au quatuor de défenseurs.

Le double pivot est également très net, avec Kalvin Phillips et Declan Rice. Les deux sont à un jaune de manquer les hypothétiques demi-finales, car les avertissements ne seront effacés qu’à partir de cette étape. Avec eux On reverrait Mason Mount, absent en huitièmes de finale en raison d’un contact étroit avec le positif écossais Billy Gilmour.

Le trio offensif sera également différent de ce qui a été vu à Wembley : Sterling et Kane restent, tous deux buteurs contre l’Allemagne. A gauche, d’un faux bout, la présence de Jack Grealish est attendue, la bouffée d’air frais dont les ‘Three Lions’ avaient besoin. Ses revenus ont été décisifs dans tous les matchs, ce qui le place un peu en avance sur la possibilité d’autres noms tels que Saka ou Rashford.

L’équipe de Southgate affrontera une Ukraine, la pire des meilleures troisièmes et angoissante classée à cette instance après avoir battu la Suède à la dernière seconde. Shevchenko a des « soldats » comme Malinovski, Yarmolenko et Yaremchuk, qui sont capables de faire des dégâts au-dessus et de résister au-delà de 90′ ​​si nécessaire.

Ils ne pourront pas compter sur Artem Besedin, qui a subi une blessure aux ligaments d’une faute grossière subie par Marcus Danielson. « Nous le ferons pour lui », a averti Shevchenko d’un air de défi.

Compositions probables :

Ukraine: Buschchan ; Zabarnyi, Kryvtsov, Matviyenko ; Karavaev, Malinovskyi, Sydorchuk, Shaparenko, Zinchenko; Yarmolenko, Yaremchuk.

Angleterre: Pickford ; Walker, Stones, Maguire, Shaw ; Riz, Phillips, Mont ; Sterling, Kane et Grealish.

Arbitre: Félix Brych (ALE).

Stade: Olympique de Rome.

Heure: 21h00.

Share