Le siège de la finale de la Ligue des champions, en danger

27/04/2021 à 19:29 CEST

Alberto Teruel

La tentative de l’UEFA de renvoyer le public dans les stades a été confrontée à la réalité. La Turquie, hôte de la finale de la Ligue des champions, a annoncé un verrouillage total à l’échelle nationale jusqu’au 17 mai dans le but de réduire le nombre de cas. Cette circonstance a obligé la plus haute instance du football européen à rechercher des alternatives.

Les prévisions initiales de l’UEFA sont que la finale de la Ligue des champions aura lieu le 29 mai au stade olympique Atatürk d’Istanbul. D’une capacité de 80 000 spectateurs, le stade devrait accueillir 9 000 spectateurs.Bien que les mesures imposées par Erdogan rendent difficile la célébration de l’événement.

Le verrouillage total intervient alors que la Turquie a enregistré 37312 nouveaux cas de COVID et 353 décès au cours des dernières 24 heures. Avec la volonté de réduire le taux d’infections, Erdogan a imposé des mesures sévères, parmi lesquelles la nécessité de disposer d’un document officiel justifiant les voyages interurbains se démarque. Si ces mesures sont maintenues, il serait impossible d’offrir des billets à 9 000 fans.

L’une des options les plus bruyantes pour prendre le relais du stade olympique d’Atatürk est Wembley. Cependant, le stade anglais, dans lequel le Barça a été sacré champion des champions en 1992 et 2011, semble exclu par l’UEFA, car ce nouveau site pourrait être un avantage pour les demi-finalistes anglais, Manchester City et Chelsea.

Si le changement de lieu ne peut finalement pas être effectué, le match pourrait être joué à huis clos. L’édition 2020, qui s’est tenue au stade Da Luz, a créé le précédent pour une finale orpheline de supporters dans les gradins. Cependant, en regardant le cas de San Mamés, l’UEFA ne semble pas disposée à renoncer à la présence de supporters.