Le taux d’occupation des bureaux passera à 15-20% d’ici décembre 2021 : Vikaash Khdloya, directeur général adjoint et directeur de l’exploitation, Embassy Office Parks REIT

Vikaash Khdloya, directeur général adjoint et directeur de l'exploitation, Embassy Office Parks REITVikaash Khdloya, directeur général adjoint et directeur de l’exploitation, Embassy Office Parks REIT

Avec l’expansion de la couverture vaccinale de l’Inde contre le Covid, les espaces de bureaux se peuplent à nouveau et 2022 promet d’être une meilleure année que 2021, a déclaré le vice-PDG et directeur de l’exploitation d’Embassy Office Parks REIT, Vikaash Khdloya. Le taux d’occupation passera à 15-20% d’ici la fin décembre de l’année civile en cours, a-t-il ajouté. Dans une large interview avec Rishi Ranjan Kala de FE, Khdloya a souligné que les employeurs prévoient un certain degré de flexibilité pour faciliter le retour des travailleurs au bureau. Extraits :

Quelles perspectives envisagez-vous pour le secteur de la location de bureaux ?
Les entreprises recherchent des produits de bureau de haute qualité pour motiver leurs employés à reprendre le travail. Cela aidera des entreprises comme la nôtre. Tout cela signifie qu’il y a eu une nette augmentation de l’activité de location sur le terrain. Nous avons vu les visites sur site et les demandes de location augmenter de 66% ce trimestre (T2 FY22 vs T1 FY22). Nous pensons que la demande d’espaces de bureaux rebondira fortement en 2022. Le nombre de demandes de renseignements a augmenté. Bangalore, notre marché principal, représente 56% du total de 26 millions de pieds carrés (MSF) de RFP, les enquêtes ouvertes sur le marché. Bangalore dirigera le redressement des bureaux de l’Inde.

Qu’est-ce qui motive votre optimisme quant au renouveau du segment ?
Les vaccinations se multiplient et la tendance au retour au bureau s’accélère. Il devrait passer de 10 % maintenant (personnes travaillant dans des parcs de bureaux) à 15-20 % d’ici la fin de cette année. Notre clientèle principale, qui est le secteur de la technologie, se porte très bien, compte tenu des revenus records et du pipeline d’embauche alors que le monde évolue vers les dépenses technologiques et la transformation numérique. Les centres captifs mondiaux (GCC) sont également optimistes sur l’Inde. Un récent rapport de Nasscom indique qu’environ 500 nouvelles captives, soit environ un tiers de la taille actuelle, devraient arriver dans les quatre prochaines années, ce qui est énorme. Cela représente environ 35% de la force actuelle du GCC, qui s’est étendue sur tant d’années.

Quel est le sens que vous obtenez de la part des clients lors des négociations de bail ?
En ce qui concerne les fondamentaux du terrain, nous avons vraiment vu les premiers signes de reprise. Il y a une demande refoulée, car pendant six trimestres aucune décision n’a été prise. Il y a des dépenses technologiques record dans le monde et il y a une forte tendance à l’embauche et les GCC sont en augmentation. Les appels d’offres actifs à 26 MSF sont un nombre assez sain. Les sentiments sont positifs. Le retour au travail devrait maintenant atteindre 15 à 20 %. Nous sommes très positifs quant à un fort rebond de la demande pour 2022.

Comment se déroule le processus de retour au bureau pour les entreprises ?
Avec l’augmentation du nombre de vaccinations et la baisse des cas actifs et des décès de Covid, cela renforce définitivement le sentiment de retour au bureau. Nous avons assisté à une montée en puissance progressive. De nombreuses entreprises encouragent les employés à retourner à leurs emplacements de base. Nous pensons que cela augmentera assez rapidement. À la fin septembre, le nombre de retours au bureau se situait entre 27 et 40 % au Canada, en Europe, aux États-Unis et en Asie-Pacifique, et ils sont en augmentation. Nous pensons donc vraiment que les chiffres en Inde vont augmenter et que les tendances en Inde vont dans cette direction.

Comment se développe la culture de travail hybride ?
Il y a un message très clair venant de la direction de plusieurs entreprises qu’ils veulent que leurs employés reprennent leurs fonctions. Bien entendu, un équilibre optimal entre le travail à domicile (WFH) et le travail au bureau (WFO) évoluera au fil du temps. Mais il est clair qu’il y aura une certaine flexibilité dans le travail. Mais cela sera plus que compensé par une croissance massive des embauches et une dédensification. De plus, même avec le modèle hybride, il faudrait plus d’espace pour la collaboration, les loisirs, les équipements et le bien-être. Et lorsque les chefs d’entreprise voudront que leurs employés reviennent au bureau, ils les auront (bureaux) dans des endroits idéaux. Donc le retour au travail, la dédensification et l’embauche vont nous aider à obtenir plus de demande.

Que pensez-vous de la collaboration avec les opérateurs d’espace flexible ?
Les espaces de coworking offrent une certaine flexibilité à certains types d’occupants pendant une courte période, et certaines entreprises explorent ce modèle car il est léger, avant de faire appel à leur stratégie immobilière à moyen terme. Mais notre philosophie sur le co-working est qu’il s’agit d’un agrément pour un parc d’activités et tant que nous avons un certain nombre d’espaces de co-working dans nos parcs d’activités, qu’ils appartiennent à nous ou à d’autres, cela aide nos occupants. Nous avons ciblé et avons quelques opérateurs de coworking dans nos parcs d’activités. Le coworking total sur l’ensemble de notre portefeuille de 32,3 MSF est d’environ 2%. C’est plus pour nous comme une commodité. Nous n’avons pas l’intention de nous lancer dans le coworking.

Obtenez les cours boursiers en direct de l’ESB, de la NSE, du marché américain et de la dernière valeur liquidative, du portefeuille de fonds communs de placement, consultez les dernières nouvelles sur les introductions en bourse, les introductions en bourse les plus performantes, calculez votre impôt à l’aide du calculateur d’impôt sur le revenu, connaissez les meilleurs gagnants, les meilleurs perdants et les meilleurs fonds d’actions du marché. Aimez-nous sur Facebook et suivez-nous sur Twitter.

Financial Express est maintenant sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne et rester à jour avec les dernières nouvelles et mises à jour de Biz.

Share