Le test capillaire qui peut sauver un barrage de Saragosse

26/11/2021 à 09:08 CET

LMG

Ongle le test capillaire peut être décisif pour une mère du pénitencier de Zuera à Saragosse, qu’il ajoute ou non une nouvelle peine. Concrètement, trois ans et deux mois de prison pour trafic de drogue à l’intérieur de sa cellule. Elle, identifiée comme Saida GG, assure que c’est pour propre consommation, qu’il est toxicomane, et que cette analyse prouvera tout.

Son avocat Alejandro Sararasa l’a demandé devant le tribunal pénal numéro 7 de Saragosse quelques instants avant le début du procès et le magistrat l’a accordé. Face à cela se trouve l’accusation d’un parquet qui indique qu’à 17h30 le 17 mars 2020, elle a fait l’objet d’une perquisition de sa cellule et d’une perquisition, étant son est intervenu caché à l’intérieur du soutien-gorge qui contenait 20 morceaux d’une substance brune solide, a enveloppé chacun des morceaux dans du plastique séparément du reste, une substance qui s’est avérée être de la résine de cannabis et qui a donné un poids total de 17,59 grammes.

Le procureur de la République considère qu’il s’agissait de cette manière fractionnée pour sa distribution illicite à l’intérieur du centre pénitentiaire, qui aurait pu atteindre une valeur approximative de 110 euros (au taux de 6 euros le gramme).

Share