« Le truc Brésil-Argentine était fou, on n’y croyait pas »

13/09/2021 à 20h32 CEST

.

L’attaquant argentin de l’Atlético de Madrid ngel Correa décrit la suspension Brésil-Argentine des éliminatoires sud-américains pour la Coupe du monde Qatar 2022 comme « fou », que les footballeurs du stade « ne pouvaient pas croire », lorsque les membres de l’autorité sanitaire brésilienne ont pris d’assaut le terrain après six minutes de jeu.

Le duel entre Brésiliens et Argentins prévu le 5 septembre à la Neo Química Arena de Sao Paulo a dû être interrompu lorsque, à la 6e minute du match, les procureurs de l’Agence nationale brésilienne de surveillance de la santé (Anvisa) ont pris d’assaut la pelouse contre la plainte selon laquelle quatre joueurs avaient donné de fausses informations sur vos documents d’immigration.

L’infraction avait été commise par les footballeurs argentins de la Premier League anglaise –Emiliano Martínez et Emiliano Buendía (Aston Villa), Cristian Romero et Giovani Lo Celso (Tottenham)– que selon la réglementation sanitaire brésilienne, ils auraient dû maintenir une quarantaine obligatoire de 10 jours en provenance du Royaume-Uni.

Lors d’un entretien avec l’agence ., Correa, qui dans ce match faisait partie du banc de l’« albiceleste », a estimé qu’il était « dommage » que le « Superclásico de las Américas » ait été suspendu et qu’ils n’avaient pas été notifiés avant qu’il y avait quatre joueurs qui ne respectaient pas le protocole sanitaire.

Le footballeur de l’Atlético a reconnu que jouer trois matches à élimination directe en raison de l’augmentation du nombre de jours de la date de la FIFA de la Conmebol et du retour au football européen était « beaucoup de coups » pour les joueurs et a admis que cela a été « compliqué au début » lorsque les clubs espagnols ont refusé de renoncer à leurs joueurs, bien que plus tard – le Tribunal arbitral du sport (TAS) a rejeté la demande de précaution demandée par la Liga – ils les ont laissés partir « sans problème ».

Par ailleurs, l’attaquant de Rosario était très satisfait d’avoir remporté la Copa América en juillet, son premier titre avec l’équipe senior et le premier pour son compatriote Lionel Messi. « Avec tout ce qu’il avait accompli dans le football, il n’avait encore rien donné avec l’Argentine. Nous étions tous très heureux pour lui », opina-t-il.

– Question (Q) : Que s’est-il passé lors du match contre le Brésil lors des tours de qualification, comment l’avez-vous vécu ?

– Réponse (R) : C’était fou et on ne pouvait pas croire que ça se passait, que parmi ces gens là pour suspendre le jeu, les quatre coéquipiers venus d’Angleterre avaient la permission de jouer, car sinon le coach ne les aurait pas mis.

Nous étions au Brésil depuis trois jours, ils auraient facilement pu venir à l’hôtel et dire que ces garçons ne peuvent pas jouer et que l’entraîneur en mettrait d’autres, il n’y aurait pas de problèmes et le match était joué. Ils ont attendu que le jeu commence et ils sont entrés pour le suspendre. C’était très bizarre, fou. Dommage car c’était un beau match, comme l’est toujours l’Argentine-Brésil, pour que tout le monde en profite et il a dû être suspendu au bout de cinq minutes.

-P : Les clubs espagnols de Liga sont venus se lever afin de ne pas céder des joueurs aux équipes de la Conmebol, comment l’avez-vous vécu ?

-R : C’était fou, parce qu’il n’était jamais arrivé que trois matchs à élimination directe aient été joués comme ils se jouent maintenant. La vérité est que pour les joueurs, c’est beaucoup de coups, beaucoup de déplacements, en quelques jours et trois matchs en quelques jours, puis vous revenez ici, vous devez rejouer le week-end, il y a beaucoup de matchs, beaucoup de voyages en quelques jours, ça devient vraiment très difficile.

Mais c’est ce que nous devons faire, nous sommes des joueurs, et nous devons être prêts quand ils nous disent et font ce que nous aimons faire, c’est-à-dire jouer au football.

-P : Que ressent un joueur quand on le met entre le marteau et l’enclume : entre l’équipe de son pays et son club, qui est celui qui vous paie ?

-R : La vérité est qu’au début c’était compliqué, mais plus tard nous n’avons eu aucun problème ici en Espagne, ils nous ont laissé partir sans problème. C’était au début qu’il y avait la déclaration de LaLiga et ça, mais ensuite ils nous ont laissé partir et nous étions calmes

-P : En octobre, cette situation pourrait se répéter.

-R : Oui peut être.

-P : Vous venez de remporter la Copa América cet été, comment était l’excitation de remporter votre premier titre absolu avec l’Argentine ?

-R : Gagner la Copa América, au Brésil, contre le Brésil et comment cela s’est passé était quelque chose d’unique. Toute l’équipe et tout le staff technique qui ont participé, je pense que nous sommes restés dans l’histoire et c’était une joie immense.

-P : Et en plus avec Messi, avec un titre pour lui, ce que je suppose était quelque chose que tous les Argentins voulaient.

-R : Oui, plus que tout pour lui, pour tout ce qu’il a réalisé dans le football, ce qu’il continue de réaliser, qu’on ne lui a encore rien donné avec l’Argentine. Nous étions tous très heureux pour lui.

-P : Est-ce étrange de ne pas jouer contre lui en Ligue espagnole, maintenant qu’il est passé au PSG ?

-R : Oui, la vérité est que ça va devenir bizarre. J’imaginais personnellement qu’il allait finir sa carrière à Barcelone, et du jour au lendemain il allait à Paris, c’était très fou, mais c’est ça le football, on ne sait jamais ce qui va se passer.

Share