Leclerc: Je suis très heureux d’être pilote Ferrari pour toujours

charles leclerc ferrari

Charles Leclerc se contente d’être un pilote Ferrari peu importe ce qu’il lui donne à piloter pour la grande équipe italienne, qui tente de mettre derrière elle une triste campagne de Formule 1 2020 et de donner à ses pilotes une chance de monter sur le podium à un moment donné cette saison.

Dans la foulée du Grand Prix de Bahreïn, Ferrari est clairement derrière les deux équipes de tête, Mercedes et Red Bull, et peut-être même McLaren avec Leclerc ajoutant le petit plus qu’il a toujours en réserve. Les Reds se sont éloignés de l’ouverture de la saison avec la sixième place face au Monaco Kid et au New Boy Carlos Sainz à la huitième place.

Ce n’était pas un début exceptionnel pour l’équipe la plus titrée du sport, mais au moins, ils semblaient meilleurs qu’ils ne l’étaient tout au long de l’année dernière, suggérant que le SF21 est un meilleur équipement que son malheureux prédécesseur, le SF1000, mais la question est de savoir à quel point?

Quoi qu’il arrive, à Leclerc, ils ont un pilote déterminé à faire la vie en Rouge quel que soit leur sort: «C’est vrai que les choix que vous faites en dehors de la piste affectent beaucoup votre carrière, mais en ce qui me concerne je suis très heureux être pilote Ferrari pour toujours, cela a toujours été un de mes rêves.

«Mon défi est ma contribution pour ramener cette équipe à la victoire. Je suis conscient de l’importance des choix, mais aujourd’hui, mon seul objectif est de revenir au sommet avec Ferrari, et je suis sûr qu’il y a le potentiel pour arriver là où nous voulons être », a déclaré Leclerc dans une récente interview avec La Repubblica Motorsport.

Imola en révélera plus que Bahreïn, car il y a un soupçon que le lieu du désert ait peut-être favorisé les voitures de la Scuderia, ou on ne pourrait pas le dire. Mais c’est l’Italie et il n’y aura nulle part où se cacher.

Mais cela n’effraie pas Leclerc: «Je pense qu’un très bon travail a été fait cette année mais il faut garder les pieds sur terre. Nous sommes convaincus que nous ne nous sommes pas épargnés, mais en Formule 1, nous devons toujours être très prudents car tout est relatif.

«Le fruit du travail émerge de la compétition avec nos adversaires, donc je ne veux pas surcompenser. Il faut avoir de la patience, c’est un don que j’ai développé en cours de route, il y a des années en fait je ne l’avais pas, ou j’en avais peu.

«Lorsqu’il y a un retard technique, nous savons qu’en F1, il faut du temps pour pouvoir se réinitialiser et, pendant cette phase, il faut être le plus calme possible. Se mettre en colère et s’impatienter n’est pas constructif. Je pense avoir mûri de ce point de vue, alors évidemment j’ai hâte de revenir sur des courses gagnantes, le but d’un pilote est toujours le même », a osé Leclerc.

Son nouveau coéquipier, Sainz a déjà renforcé l’équipe depuis le remplacement de Sebastian Vettel dans l’autre voiture, Mattia Binotto se déclarant soulagé d’avoir «deux pilotes» pour livrer la moutarde, suggérant que l’Allemand parti n’a pas ajouté de valeur.

Leclerc a déclaré à propos de l’arrivée de Sainz: «Ces dernières années, il a fait partie de plusieurs équipes, et je pense qu’il est toujours intéressant de se faire une idée du fonctionnement de nos rivaux. J’ai également été frappé par sa grande motivation, il en est à sa première année avec Ferrari et on voit qu’il veut très bien faire tout de suite.

«Cette euphorie est contagieuse au bénéfice de toute l’équipe. Je pense qu’il est toujours bon pour une équipe d’avoir deux pilotes qui poussent et se battent pour la victoire. Je passe plus de temps avec lui qu’avec Vettel.

«Par le passé, Seb et moi nous nous sommes souvent croisés, je suis arrivé et il est parti, ou vice versa, alors que maintenant avec Carlos nous sommes souvent en fonction les mêmes jours et par conséquent nous passons plus de temps ensemble», a ajouté Leclerc.