L’énorme désordre d’Independiente del Valle

07/04/2021 à 20:14 CEST

De Porto Alegre à Quito et de Quito à Asunción. C’est la voie que le Gremio a dû emprunter pour disputer la première étape de la troisième phase des Libertadores (la dernière avant la phase de groupes) contre Independiente del Valle. Le message de Conmebol est clair: la pandémie ne ralentira pas le calendrier des tournois et les sacrifices nécessaires seront consentis.

La réunion, qui devait se tenir ce mercredi, a été reportée à vendredi en raison d’une épidémie de Covid-19 dans la délégation de la Guilde. Conformément aux protocoles sanitaires en vigueur, les autorités équatoriennes ont interdit aux Brésiliens de quitter l’hôtel pour suivre une formation. La réunion s’est déplacée à travers le pays et se tiendra vendredi à Asunción, la capitale du Paraguay.

La Guilde compte cinq de ses membres contaminés, dont trois sont restés au Brésil. Son entraîneur, le charismatique Renato Portaluppi, n’a pas pu voyager après avoir été testé positif lundi quelques heures avant le départ. Les images de l’entraîneur sans masque lors du classique contre Internacional, de Miguel Ángel Ramírez, ce week-end, qui a remporté le tricolore 1-0, ont suscité l’inquiétude.

En Equateur, les points positifs du gardien se sont confirmés Paulo vainqueur et le côté droit Vanderson. La délégation syndicale, qui subit constamment des tests PCR pour détecter de nouveaux cas, prévoit d’arriver au Paraguay dans les prochaines heures après un voyage de plus de six heures.