L’entraîneur qui force son expulsion sera sanctionné de quatre mille euros

17/08/21

Act à 10h40 CEST

Le journal SPORT a eu la modifications du code disciplinaire approuvé dans la dernière Assemblée RFEF et qui viennent d’entrer en vigueur pour la prochaine saison 2021-2022 une fois qu’ils auront l’approbation du Conseil d’Administration du CSD.

Et l’un des changements substantiels concerne la figure de l’entraîneur avec un sanctions exaspérantes. Qu’il force l’expulsion, le transfert de son titre à un tiers ou en cas d’absence au remplacement des entraîneurs sur un banc lorsque le précédent est licencié.

Dans la mesure où un article spécifique est créé qui devient 85 du futur Code Disciplinaire concernant l’« Infraction spécifique concernant l’enregistrement des entraîneurs & rdquor ;.

C’est au point deux du même où il précise la sanction au cas où un technicien forcerait l’expulsion. « L’entraîneur qui, en cours de match, provoque ou force son expulsion dans le but d’échapper à l’obligation réglementaire d’être présent aux matchs, soit en prêtant le titre à un autre qui n’a pas le diplôme ou le grade suffisant pour exercer, soit pour une autre circonstance, sera sanctionné comme auteur d’un délit très grave d’une amende de 4 000 euros. Pour déterminer l’intention de l’entraîneur, des circonstances telles que la nature de la règle du jeu violée, l’attitude de l’entraîneur pendant le match, etc., seront prises en compte. A cet effet, l’arbitre du match sera habilité à consigner cette circonstance dans l’acte d’arbitrage & rdquor ;.

C’est dans le premier point du même article qu’il fait référence au durcissement pour les équipes qui n’ont pas de technicien inscrit. Ce sera 4000 euros à partir de la sixième semaine, 6000 la septième, 8000 la huitième et ainsi de suite jusqu’à 30.000 euros. « Le club qui selon le règlement fédératif n’a pas d’entraîneur/entraîneur-chef inscrit, sera sanctionné, lorsque l’omission est maintenue pendant plus de cinq semaines, d’une amende de 4 000 € pour la sixième semaine, ce qui laissera augmenter. de 50 % de la sanction précédente pour chaque semaine que la situation perdure, dans la limite de 30 000 euros & rdquor ;. Dans les articles 111 et le nouveau 138, il se réfère aux sanctions économiques antérieures en cas d’absence d’inscription d’un entraîneur ou d’absence de celui-ci sur le banc. Dans le premier il annonce que « Le club qui selon le règlement fédératif n’a pas d’entraîneur / entraîneur-chef inscrit, sera sanctionné, lorsque l’omission dure de deux à cinq semaines, d’une amende de 1 200 € pour la deuxième semaine, 1 800 € pour la troisième semaine , 2 400 € pour la quatrième semaine et 3 000 € pour la cinquième semaine ». L’article 138 fait référence à l’amende initiale de 600 euros la première semaine au cours de laquelle cette circonstance se produit.

Revenant à l’article 85, il sera désormais considéré comme très grave avec « amende de 4 000 euros, le club qui permet à quelqu’un d’exercer l’une quelconque des fonctions d’entraîneur-chef sans être dûment enregistré « .

Il ne faut pas oublier que dans le football professionnel, il est nécessaire d’avoir le titre UEFA PRO pour agir à la fois en tant que premier et deuxième entraîneur. Il s’agit du football non professionnel où le titre UEFA A est déjà requis en dessous du PRO.

Toutes les mesures susmentionnées qui affectent à la fois la ligue professionnelle et le football non professionnel et de la première catégorie sous cette condition, la Primera RFEF récemment publiée. Et où le coach sera à l’honneur.

Share