Les absents de la liste ‘NBA 75’ : Parker, Howard, Carter, Gasol…

La liste des meilleurs joueurs de l’histoire de la NBA s’est allongée cette semaine à 75, qui sont les années que célèbre la compétition. Il y avait un intérêt à savoir si l’un des membres de la liste précédente, celle des 50, faisait partie de cette liste et qui étaient ceux qui y sont entrés. Cette relation finale laisse, comme toujours dans ces cas, des soupçons pour ceux qui ne sont pas là.

Panneau électeurs Il est composé d’acteurs actifs, comme Curry ou Antetokounmpo, ou retraités, comme Erving ou Nowitzki, et de journalistes et analystes réguliers de la NBA.

De la liste restreinte (Giannis Antetokounmpo, Kevin Durant, Hal Greer, Elvin Hayes, Jerry Lucas, Dirk Nowitzki, Bob Pettit, Willie Reed, Oscar Robertson, Bill Russell, ‘Tiny’ Archibald, Bob Cousy, Dave Cowens, James Harden, Hakeem Olajuwon , Kareem Abdul-Jabbar, Kevin McHale, George Mikan, Steve Nash, John Stockton, Charles Barkley, Julius Erving, George Gervin, Moses Malone, David Robinson, Larry Bird, Wilt Chamberlain, Clyde Drexler, ‘Magic’ Johnson, Michael Jordan, Scottie Pippen, Isiah Thomas, Jerry West, James Worthy, Tim Duncan, Patrick Ewing, Kevin Garnett, Allen Iverson, Karl Malone, Chris Paul, Walt Frazier, John Havlicek, Sam Jones, Robert Parish, Bill Sharman, Bill Walton, Paul Arizin , Rick Barry, Nate Thurmond, Wes Unseld, Elgin Baylor, Dave Bing, Billy Cunningham, Dave DeBusschere, Pete Maravich, Earl Monroe, Shaquille O’Neal, Dolph Schayes, Lenny Wilkens, Ray Allen, Dennis Rodman, Dwyane Wade, Dominique Wilkins , Kobe Bryant, Jason Kidd, Gary Payton, Stephen Curry, Bob McA doo, Reggie Miller, Paul Pierce, Carmelo Anthony, Anthony Davis, LeBron James, Kawhi Leonard, Damian Lillard, Russell Westbrook) les absences sont également extraites. Voici quelques-uns des noms qui n’ont pas été retenus :

Tony Parker. Son arrivée chez les Spurs a été le coup de pouce dont Duncan et Robinson avaient besoin pour établir une dynastie avec Gregg Popovich comme entraîneur. Le Français, un héros dans son pays et pas étonnant, a remporté quatre championnats et a même été MVP de la finale 2007, ceux-ci étant ses attributs les plus importants.

· Pau Gasol. Peut-être un cran en dessous de Parker, étant européen et joueur de NBA, il y a un Pau qui a deux bagues de champion, tous deux avec les Lakers en 2009 et 2010. Son extraordinaire carrière au niveau FIBA ​​ne compte pas pour ce prix Mais en aux États-Unis, il était à l’époque la recrue de l’année, il a disputé six matchs des étoiles et est entré quatre fois dans le top cinq. L’un des points qui invite au désaccord est que Pau fait partie du top 40 dans trois catégories statistiques importantes telles que les points, les rebonds et les blocs.

Dikembé Mutombo. Il a été le meilleur défenseur de la ligue à quatre reprises, caractérisé par ses blocs, et figurait dans huit All-Stars. Il a retiré le ’55’ à Denver et à Atlanta.

Vince Carter. Il fait partie de ceux qui ont récemment pris leur retraite. Huit apparitions All-Star, avec un souvenir spécial pour ce concours de dunk de 2000 et sans lesquels les Raptors et les Nets ne peuvent pas comprendre leur histoire. Il est le seul joueur à avoir joué des matchs au cours de quatre décennies différentes.

Artis Gilmore. L’un des dérivés de l’ABA. En 1975, avec les colonels du Kentucky, il remporte le championnat et est le MVP. Après cela, il a joué douze ans dans la NBA.

Klay Thompson. Sa position est très importante dans la révolution basket qu’ont opérée les Warriors, laissant de côté les records individuels et collectifs qu’il a réalisés avec eux (qui ne sont pas rares). Et il n’a pas très bien pris pour être en reste : sur son compte Instagram, il déclare que « je suis peut-être naïf quant à mes capacités à jouer au basket, mais dans ma tête je fais partie des 75 meilleurs de tous les temps ».

Manu Ginobili. Par corail devrait être, ses Spurs ont été une équipe difficile à battre pendant une quinzaine d’années. Il a remporté quatre titres à San Antonio et est considéré comme l’Argentin le plus important.

Colline de Grant. Les blessures ont écrasé cet attaquant de Dallas, mais il avait ses mérites de la même manière. Dans la chaleur de la fin des Bulls of Jordan, il est entré dans le meilleur quintette. Il est allé à sept matchs des étoiles. Kidd, qui était son partenaire promotionnel le plus brillant, a fait la liste.

Tracy McGrady. Très durement touché par des blessures, notamment une au dos. En 2002 et 2003, il était le meilleur attaquant de la NBA et au cours de sa carrière, il est allé sept fois au All-Star. Son maillot est un héritage dans les Rockets, bien que là où il était en bonne santé, c’était dans les Raptors et le Magic.

Bernard Roi. Il n’était pas champion mais il était le meilleur buteur en 1985. Il a été choisi par les Nets et a triomphé chez les Knicks, c’est une idole dans la ville où il est né : NY

Adrien Dantley. Il est également au Naismith Hall of Fame. Son grand regret a été de quitter les Pistons l’année où ils ont battu Jordan et enchaîné leurs deux titres Bad Boys. Il a été le meilleur buteur de deux saisons différentes et a atteint 23 000 points.

Alex anglais. Il a récolté en moyenne 21,5 points au cours de sa carrière. Il est allé huit fois au All-Star et ces années 80 aux Nuggets ont été une révolution pour la ville et son équipe de basket-ball.

Dwight Howard. Il est toujours actif et ne se mesure pas à ce qu’il a déjà fait, ou plus vers ici que là-bas. Ses premières années, celles du Magic, ont été incroyables et il a même mené la franchise jusqu’à la finale 2009. Il a même remporté le Dunk Contest malgré sa taille. Meilleur rebondeur et bloqueur à plusieurs reprises, huit apparitions chez les All-Star et champion, après de nombreuses années, lors de son deuxième passage avec les Lakers.

‘Penny’ Hardaway. Il était dans le meilleur quintette au milieu de l’ère Jordan et dans une position proche de la sienne, bien que cela le pénalise qu’il ait eu quelques bonnes années. Étoile à Orlando.

Share