« Les adeptes de Van Aert m’ont demandé d’arrêter et ça m’a motivé »

26/09/2021 à 20h31 CEST

.

Le français Julien Alaphilippe, qui a revalidé ce dimanche le maillot arc-en-ciel lors du test en ligne qui clôturait les Championnats du monde de cyclisme, a révélé que lors de sa dernière escapade, « les partisans de (Wout) Van Aert » lui « demandaient » d' »arrêter » et que cela lui donnait « un supplément motivation ».

Alaphilippe Il a assuré après la course que « pas du tout » il s’attendait à répéter le titre mondial après celui qu’il a réalisé l’an dernier à Imola (Italie), puisqu’il sait ce que « signifie » y parvenir. Entre autres, endurer physiquement et mentalement les derniers kilomètres échappés avec le reste des candidats à sa poursuite. « C’est horrible, je n’ai pas de mots. J’ai dû y aller doucement parce que c’était très dur, mais j’ai pensé à mon fils Nino et je voulais tout donner pour lui », a-t-il révélé.

Bien qu’il ait admis qu’après l’or de 2020, il n’avait « pas eu de pression », que Je voulais simplement « obtenir le meilleur résultat possible », puisqu’il avait l’air de « bonnes jambes » après avoir fait de « bonnes séances d’entraînement ». Sur la dernière section de l’épreuve, après son attaque à 21,5 kms. ligne d’arrivée, il a expliqué que « le parcours » se passait bien pour lui et qu’en plus, comptant sur l’aide de « (Florian) Sénéchal et (Valentin) Madouas en tête », ce qu’il a fait était « une sélection » des course.

« J’ai dit à Senechal de tenir le coup parce que j’allais essayer de commencer à faire avancer la course, mais ce que je ne pouvais même pas imaginer, c’est que j’allais faire un tour seul », a-t-il déclaré. « L’année dernière était un rêve, c’était difficile mais à la fin je l’ai eu. Je savais ce que j’avais fait alors et Je suis venu avec beaucoup de motivation pour le répéter à nouveau. Je suis très heureux », a-t-il assuré.

À cet égard, il n’a pas exclu de chercher un troisième titre qui le place parmi les coureurs avec le plus de médailles d’or mondiales en ligne aux côtés de l’Italien. Alfredo Binda, Belge Eddy merckx et Rik van Steenbergen, l’Espagnol Oscar Freire et le slovaque Pierre Sagan. « Sagan en a gagné trois, on verra », a-t-il dit, expliquant l’anecdote avec les fans de flamenco qui l’a motivé dans les derniers kilomètres. « Il y a eu beaucoup d’adeptes de Van Aert qui m’ont demandé d’arrêter et cela m’a donné une motivation supplémentaire », révélé.

Share