Les alliés de Macron se réjouissent de la concession de pêche de Jersey et promettent de dépasser le 30 septembre | Politique | Nouvelles

L’île anglo-normande a confirmé aujourd’hui qu’elle avait accepté une prolongation de trois mois des accords de transition post-Brexit pour permettre à certains navires français de continuer à pêcher dans ses eaux pendant que les négociations sur les licences se poursuivent. Et Annick Girardin, ministre des Outre-mer, s’est empressée de poster un message jubilatoire sur Twitter, déclarant : « #Jersey a enfin accepté la prolongation de 3 mois des permis provisoires ! Une bouffée d’air frais pour nos pêcheurs.

« Notre objectif maintenant : continuer à protéger leurs droits et faire en sorte qu’ils puissent poursuivre leur activité au-delà du 30 septembre. »

Pendant ce temps, Clément Beaune, ministre français des Affaires européennes, s’est également exprimé en publiant : « On avance ! »

« Nous continuerons à défendre nos pêcheurs, leurs intérêts, l’avenir de la pêche (française) ».

Jersey, avec ses riches zones de pêche, se trouve à 14 miles (22 km) au large du nord de la France et à 85 miles de la côte sud de la Grande-Bretagne.

Mme Girardin a défrayé la chronique au début du mois dernier lorsqu’elle a évoqué l’idée de couper l’alimentation électrique de Jersey en représailles aux restrictions sur le nombre de licences délivrées aux bateaux français.

Dans le même temps, la France et la Grande-Bretagne ont envoyé des patrouilleurs au large des côtes de la dépendance de la Couronne britannique – après qu’une flottille de bateaux de pêche français se soit rendu sur l’île et ait menacé de bloquer son port.

JUST IN: Inde vs Chine – Modi déploie 50 000 soldats dans l’Himalaya

Jersey a déclaré que 177 de ces navires seraient en mesure de continuer à pêcher au large de ses côtes pendant que les négociations se poursuivaient.

Ian Gorst, ministre des Relations extérieures de Jersey, a déclaré dans un communiqué : « Nous proposons cette prolongation de la période d’amnistie pour permettre la poursuite des discussions.

L’amnistie signifie que jusqu’à la fin du mois de septembre, il sera suspendu d’indiquer le nombre de jours pêchés précédemment dans les eaux de Jersey et le type d’engin utilisé comme conditions d’accès – bien que le tweet de Mme Girardin ait suggéré qu’il était peu probable qu’elle accepte cette date comme point de coupure.

S’exprimant au moment de la menace de blocus, David Jones, vice-président du Groupe de recherche européen (ERG) a déclaré à Express.co.uk : « La position française est totalement sans fondement.

« Même s’ils avaient un motif raisonnable de se plaindre de l’accès aux eaux autour de Jersey et du Royaume-Uni, la façon dont ils essaient de se frayer un chemin pour obtenir ce qu’ils veulent – en menaçant de couper l’approvisionnement en électricité de Jersey, et maintenant en essayant de empêcher le Royaume-Uni d’accéder aux marchés financiers de l’UE – est totalement illégitime. »

« En vertu de la TCA, tout différend concernant la pêche doit être soumis au comité spécialisé des pêches pour résolution.

«Même si le Royaume-Uni/Jersey manquait à ses obligations, tout recours pour une telle violation devrait être proportionné et être l’un de ceux qui sont énoncés dans le TCA.

« Un État membre individuel n’a pas le droit de prendre des mesures contre le Royaume-Uni et, en tout état de cause, menacer de couper l’approvisionnement en électricité ou de bloquer l’accès du Royaume-Uni aux marchés financiers de l’UE ne serait pas un recours disponible en vertu de la TCA. »

Il a ajouté : « L’attitude française devient de plus en plus erratique.

«Ils se comportent comme un État voyou, refusant d’observer les dispositions de la TCA.

« C’est probablement la conséquence d’une pression croissante sur M. Macron, qui est clairement préoccupé par la diminution de ses perspectives de réélection l’année prochaine. »

Share