Les athlètes des Jeux Olympiques de Tokyo doivent passer des tests COVID quotidiens

28/04/2021 à 17h30 CEST

.

Les athlètes participant aux Jeux Olympiques de Tokyo 2020 doivent passer des tests de covid-19 quotidiens pendant la compétition, selon les nouvelles directives pour les athlètes présentées ce mercredi par les organisateurs.

Esta medida forma parte de la estrategia de prevención de contagios entre deportistas durante los Juegos y se sumará a otras ya anunciadas como su aislamiento dentro de las instalaciones olímpicas y la restricción de sus movimientos, según consta en la segunda versión de la Guía para Atletas publicada aujourd’hui.

Une autre des nouvelles mesures préventives est l’obligation pour les athlètes, équipes techniques et autres compagnons des délégations olympiques de se soumettre à deux tests de virus avant de se rendre de leurs pays respectifs au Japon, selon les organisateurs dans une note conjointe avec les comités internationaux olympiques et paralympiques. .

.

PLUS DE TEST ET DE MOUVEMENTS RESTREINTS

Les athlètes n’auront en principe pas à se conformer à la quarantaine de 14 jours actuellement exigée par le gouvernement japonais pour tous les voyageurs en provenance de l’étranger, bien qu’ils doivent subir de nouveaux tests à leur arrivée dans le pays et ensuite quotidiennement pendant la durée de leur séjour. .

Les participants aux Jeux doivent également soumettre un plan d’activités détaillant tous leurs mouvements prévus et y adhérer, ainsi que «minimiser le contact» avec d’autres athlètes, selon le manuel, qui avertit également que le non-respect de ces directives pourrait conduire à disqualification.

En outre, les athlètes et les membres des équipes olympiques ne peuvent utiliser que les moyens de transport spécifiques autorisés par l’organisation, et non les transports publics, et ne peuvent manger que dans leurs locaux d’hébergement et sur les sites de compétition et d’entraînement.

En ce qui concerne la vaccination, elle ne sera pas obligatoire pour les athlètes participant aux Jeux, bien que le Comité International Olympique recommande vivement aux fédérations nationales de promouvoir la vaccination de leurs athlètes et a promis un soutien logistique aux pays qui ont des difficultés à se le procurer.

Le président du Comité International Olympique (CIO), Thomas Bach, a montré son “plein soutien” à ces lignes directrices anti-contagion pour les athlètes, qui ont été présentées aujourd’hui par les organisateurs de Tokyo 2020 à cet organe lors d’une réunion télématique.

Bach a en outre noté son “grand respect pour la diligence des Japonais à protéger les citoyens” et a déclaré que le mouvement olympique “est prêt à prendre toutes les mesures nécessaires pour minimiser les risques” et “pour que les Japonais se sentent en sécurité”. son discours par visioconférence.

.

PAS DE DÉCISION SUR LES SPECTATEURS

La présentation du nouveau manuel pour les sportifs a eu lieu à un moment où Tokyo est à nouveau en état d’urgence sanitaire, tout comme trois autres préfectures du Japon qui sont parmi les plus touchées par la quatrième vague d’infections à coronavirus dans l’archipel japonais.

La situation actuelle de la pandémie moins de trois mois avant les Jeux, et notamment l’augmentation des infections quotidiennes et la circulation de nouvelles souches à travers le Japon malgré la fermeture des frontières, ont conduit les organisateurs et le CIO à reporter à juin la décision sur s’il y aura des spectateurs dans les tribunes des Jeux Olympiques.

Cette décision “sera prise conformément aux directives générales du gouvernement sur le nombre maximum de spectateurs lors d’événements sportifs”, ont indiqué les organisateurs dans un communiqué conjoint avec le CIO.

«Nous aimerions voir les stades pleins, mais nous devons prendre en compte la situation actuelle et prendre la décision la plus appropriée pour garantir la sécurité de l’événement, a déclaré le président de Tokyo 2020, Seiko Hahimoto, lors d’une conférence de presse.

Dans les régions touchées par l’état d’urgence, qui sera en principe en vigueur jusqu’au 11 mai, la participation du public aux compétitions sportives est interdite.

L’évolution de la pandémie au Japon, où à l’heure actuelle seulement environ 2% de la population a été vaccinée, a engendré un rejet croissant des Japonais à la célébration de l’événement, dont l’ouverture est prévue le 23 juillet.

Ce même mercredi, le chef du panel d’experts gouvernemental sur la pandémie, Shigeru Omi, a affirmé dans une intervention devant le Parlement national que les autorités du pays “devraient discuter” de la célébration des Jeux, en tenant compte de l’augmentation des infections et de la pression sur le système de santé.