Les candidats approuvés par Trump qui tentent de devenir les principaux titulaires du GOP sont à la traîne dans la collecte de fonds

L’approbation par Donald Trump de candidats spécifiques déterminés à défier les titulaires du GOP qui ont voté pour la deuxième destitution leur coûte littéralement très cher.

Quatre candidats soutenus par Trump sont actuellement en retard dans la collecte de fonds pour leurs campagnes, selon les divulgations de la Commission électorale fédérale (FEC) déposées vendredi. Et Trump a des raisons très personnelles pour que ses choix remportent leurs courses.

Seule une poignée de républicains a rejoint les démocrates lorsque le Congrès a voté pour destituer Trump, puis a procédé à un vote infructueux au Sénat pour le destituer, accusé d’avoir incité des insurgés à attaquer le Capitole américain le 6 janvier. Trump a qualifié les républicains qui l’ont croisé de « déloyaux » ou de « perdants », et ils ont été méprisés au sein de leur parti. Les choix de Trump ont déjà provoqué un effet d’entraînement, et plusieurs titulaires ont déclaré qu’ils prendraient leur retraite ou ne se représenteraient pas.

(Photo de Chip Somodevilla/.)

Mais les quatre qui luttent pour maintenir une présence principale sont tous des titulaires difficiles qui ont chacun fait du tort à l’ancien gars, à son avis, et donc ces courses devraient attirer l’essentiel de son attention:

-Représentant. Liz Cheney du Wyoming, qui est largement considérée en grand danger de perdre son siège en raison de son vote pour destituer Trump et de ses critiques virulentes de l’ancien président, a collecté 1,7 million de dollars au cours de la période de trois mois. Son adversaire approuvée par Trump, l’avocate Harriet Hageman, est entrée dans la course début septembre et a collecté environ 300 000 $, soit environ 100 000 $ par semaine, ce qui est bien inférieur au rythme de collecte de fonds de Cheney ;

– La sénatrice Lisa Murkowski de l’Alaska, une modérée qui était l’une des sept républicains qui ont voté pour condamner Trump au Sénat, a collecté 1,1 million de dollars entre juillet et septembre, soit plus du double des 466 000 dollars collectés par son challenger républicain Kelly Tshibaka, ancienne commissaire de l’administration de l’État. approuvé par Trump. Murkowski a terminé le trimestre de collecte de fonds en septembre avec 3,2 millions de dollars de fonds, plus de 10 fois les coffres de son adversaire, et a amassé l’argent des comités de donateurs gérés par les entreprises, selon sa commission électorale fédérale. Murkowski a également collecté plus de 75 000 $ grâce à un effort de collecte de fonds conjoint avec plusieurs sénateurs approuvés par Trump, dont le sénateur Chuck Grassley de l’Iowa, qui a voté contre la condamnation de Trump.

– Le représentant Fred Upton du Michigan, qui a également voté pour la deuxième destitution, est contesté par un représentant de l’État approuvé par Trump, Steve Carra. Upton a levé 293 000 $ entre juillet et septembre, plus du double des 116 000 $ levés par Carra ;

– Le représentant Jaime Herrera Beutler de l’État de Washington, qui a été réélu cinq fois par les électeurs de son district, est défié par le Paul Rand-esque Joe Kent, qui est un ami proche du représentant Matt Gaetz et du fondateur de Oath Keepers Joey Gibson. Herrera Beutler a non seulement voté pour destituer Trump, mais elle a également soumis des preuves lors de son procès au Sénat, car elle se trouvait dans le bureau du représentant Kevin McCarthy le 6 janvier lorsqu’il a appelé Trump pour le supplier d’annuler la foule de ses partisans. Herrera Beutler a encaissé 524 000 $ au cours de la période, dépassant le vétéran de l’armée soutenu par Trump, Joe Kent, qui a collecté 452 000 $. Un autre challenger de MAGA, Heidi St. John, n’a reçu l’approbation ni du parti ni de Trump, mais s’est engagé à déclarer dans la course. Devrait-elle rester et être un spoiler à la fois pour Kent et Herrera Beutler, créant un chemin clair possible pour le challenger démocrate Brent Hennrich pour faire revenir le district au bleu après plus d’une décennie.

Share