Les cartes reviennent à la compétition

Il y a moins d’un mois, personne, pas même les plus fidèles, n’a misé un centime sur eux, car ils semblaient très loin de se battre pour l’une des positions wild card ; Aujourd’hui, au moment d’écrire ce texte, ils sont retranchés dans le deuxième quota qui donne directement accès à ce jeu de la vie et de la mort. Les Cardinals de St. Louis sont de retour alors qu’ils ont été laissés pour morts et c’est quelque chose qui ajoute une touche spéciale à cette dernière ligne droite de la saison.

Nous parlons de l’une des équipes les plus compétitives de ces dernières années et ses résultats au cours de cette décennie le confirment, car le ring des World Series en 2011 a été suivi d’une deuxième place en 2013, lorsqu’ils ont perdu contre les Red Sox en dernière instance ; Depuis lors, d’une manière ou d’une autre, ils ont toujours été dans la lutte pour les Play Offs, même en 2019, sans être favoris du tout et étonnamment, ils parviennent à discuter du championnat de la Ligue nationale contre les Nationals de Washington, de De même, en 2020 ils ont pu accéder aux séries éliminatoires, après une fermeture cinématographique qui leur a permis d’accéder in extremis.

Avec toute cette approbation, il faut toujours donner du crédit à l’équipe dirigée par Mike Shildt, manager de l’année en 2019, qui a fait preuve de la sagesse nécessaire pour lutter à ce niveau de baseball.

Au moment de façonner ce travail, les Cards ont remporté sept des 8 derniers matchs et s’accrochent, comme je l’ai mentionné précédemment, au deuxième ticket wild card de la Ligue nationale ; situé au milieu du match des Padres de San Diego, l’un des Reds de Cincinnati et deux et demi sur les Philies de Philadelphie.

Dans un scénario comme celui-ci, où le combat devient très serré avec environ 16 matchs à jouer, les Cardinals ont de bonnes options pour avancer car sur le terrain ce sont eux qui montrent la meilleure forme à ce stade ; tous conditionnés par l’apport offensif de ses deux bougies, Nolan Arenado et Paul Goldschmidt.

Dans le cas d’Arenado, il n’est qu’à une course de 100 points produits et avec 32 circuits, il dirige l’équipe, étroitement surveillée par Goldschmidt, qui a 26 circuits et 86 points produits à son actif ; sans aucun doute un duo respectueux, l’un des meilleurs de tout le Grand Chapiteau.

Dans le même temps, il faut souligner l’apport de Yadi Molina, qui à 40 ans est encore capable d’enchaîner 60 runs et de guider des tangages de qualité comme celui des Cards.

Une reconnaissance spéciale mérite également le vétéran Adam Wainwright, qui avec ses 16 victoires a été le leader d’un jeune staff, chargé de talents mais encore inexpérimenté.

Personne ne pouvait imaginer que Waino, comme ils nomment la star à droite, était capable à ce stade d’avoir une telle campagne, presque au bord de la retraite.

Vous voyez une équipe motivée, concentrée sur l’atteinte de son objectif des séries éliminatoires, jouant comme ça, en équipe, heureuse, profitant de chaque coup sûr et de chaque victoire ; quand cela arrive au baseball, tout est possible.

Share