Les données de 500 millions d’utilisateurs de LinkedIn ont été piratées

Les données des utilisateurs LinkedIn mises aux enchères 0:51

New York (Affaires CNN) – Les informations glanées auprès d’environ 500 millions de profils d’utilisateurs LinkedIn font partie d’une base de données mise en vente sur un site Web très apprécié des hackers, a confirmé la société jeudi.

La vente des données a été signalée pour la première fois mardi par le site d’informations et de recherche sur la cybersécurité CyberNews, qui a déclaré qu’un fichier comprenant les identifiants d’utilisateurs, les noms, les adresses e-mail, les numéros de téléphone était mis aux enchères sur le forum., Les genres, les titres professionnels et les liens vers d’autres médias sociaux. profils pour une somme de quatre chiffres.

Selon LinkedIn, la base de données à vendre «est en fait une agrégation de données provenant de divers sites Web et entreprises». Les données des utilisateurs de LinkedIn ne comprennent que les informations que les personnes ont publiquement répertoriées sur leurs profils, a déclaré jeudi le site de réseautage social professionnel, qui appartient à Microsoft, dans un communiqué.

Que faire si vos informations Facebook ont ​​été volées 25:13

“Il ne s’agit pas d’une violation de données LinkedIn, et aucune donnée de compte de membre LinkedIn privé n’a été incluse dans ce que nous avons pu examiner”, a déclaré la société.

La nouvelle survient quelques jours à peine après un incident distinct au cours duquel des données extraites, en 2019, de plus de 500 millions d’utilisateurs de Facebook, y compris des numéros de téléphone, des anniversaires, des e-mails et d’autres informations, ont été publiées sur un site Web utilisé par des pirates. Bien que ce type de données soit moins sensible que, par exemple, les détails de carte de crédit ou les numéros de sécurité sociale, les pirates peuvent toujours exploiter des informations telles que les numéros de téléphone, même pour les escroqueries par appel automatisé.

LinkedIn compte plus de 675 millions de membres, selon son site Web, ce qui signifie qu’environ trois quarts des informations de ses utilisateurs peuvent être incluses dans la base de données.

Les entreprises de médias sociaux ont mis en place des outils pour empêcher le raclage Web, une technique permettant d’extraire des informations de sites Web. LinkedIn sur sa page de conditions générales énonce «des mesures techniques et des défenses contre de tels abus, mais elles ne fonctionnent pas toujours.

La société a déclaré que «toute utilisation abusive des données de nos membres, comme le grattage», viole ses conditions d’utilisation, qui interdisent les logiciels tiers, les bots, les extensions de navigateur ou les plug-ins qui extraient des données du site.

“Quand quelqu’un essaie de prendre les données des membres et de les utiliser à des fins que LinkedIn et nos membres n’ont pas acceptées, nous travaillons pour les arrêter et les tenir responsables”, a déclaré LinkedIn dans sa déclaration.

La société n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire sur la question de savoir si elle alertera les utilisateurs dont les données ont été extraites et sont incluses dans la base de données à vendre.