in

Les employés d’Activision Blizzard portent plainte pour pratiques déloyales de travail

Vice a signalé que les employés de Activision Blizzard ont déposé une accusation de pratique déloyale de travail auprès du Conseil national des relations du travail avec des allégations de coercition et d’interrogatoire. Il s’agit de la dernière salve de la bataille entre Activision Blizzard et ses travailleurs dans la lutte de ces derniers contre leur lieu de travail abusif.

Le document d’accusation suggère que l’entreprise « s’est livrée à plusieurs reprises à un comportement illégal en menaçant les employés ». En outre, Activision Blizzard est accusé d’avoir dit aux employés « qu’ils ne peuvent pas communiquer avec ou discuter des enquêtes en cours sur les salaires, les heures et les conditions de travail ; maintenu une politique de médias sociaux trop large ; appliqué la politique de médias sociaux contre les employés qui se sont engagés dans une activité concertée protégée ; employés menacés ou disciplinés en raison d’une activité concertée protégée ; engagé dans la surveillance d’employés engagés dans une activité concertée protégée et engagé dans l’interrogatoire d’employés au sujet d’une activité concertée protégée. »

Il semble qu’Activision Blizzard se livre à des représailles contre quiconque s’exprime sur les problèmes de main-d’œuvre dans l’entreprise, avec des évaluations de performances inférieures à la moyenne aux employés qui se débrouillaient bien. Beaucoup soupçonnent que l’entreprise fait cela pour se débarrasser des employés au franc-parler pour étouffer les discussions sur la syndicalisation.

La pression continue de monter sur Activision Blizzard pour qu’il fasse mieux, car cela fait suite à une plainte très médiatisée déposée par l’État de Californie contre l’entreprise, alléguant des abus et favorisant une culture de travail «frat boy», accueillant le harcèlement contre les femmes qui y travaillent.

Pour la part d’Activision Blizzard, il semble toujours savoir comment aborder la culture du lieu de travail et, en tant que tel, a embauché une nouvelle responsable des ressources humaines en Julie Hodges, qui a travaillé pour les ressources humaines d’entreprise pour The Walt Disney Company. Il est difficile de dire s’il s’agit d’un pas en avant pour lutter contre le harcèlement ou simplement d’une nouvelle façon de dissimuler les nombreuses transgressions de l’entreprise.