Les entreprises ont donné 50 millions de dollars aux législateurs du GOP derrière l’assaut de la répression des électeurs ⋆ .

Depuis 2015, AT&T, Comcast, UnitedHealth Group, Walmart et d’autres grandes entreprises ont fait un don combiné de 50 millions de dollars aux législateurs républicains des États qui soutiennent actuellement les projets de loi de suppression des électeurs à travers les États-Unis – des dépenses politiques généreuses en contradiction avec les récents efforts des entreprises pour rebaptiser comme défenseurs du droit de vote.

Un nouveau rapport (pdf) publié lundi matin par le groupe de défense des consommateurs Public Citizen a révélé que pendant le seul cycle électoral de 2020, les entreprises américaines ont fait don de 22 millions de dollars aux architectes républicains des projets de loi de suppression des électeurs qui sont en train de passer par les législatures des États à l’échelle nationale.

«Les entreprises devraient garder leur argent en dehors de notre démocratie – et le Congrès doit remettre le peuple aux commandes en adoptant rapidement la loi pour le peuple.»
—Rick Claypool, citoyen public

«AT&T [since 2015] a donné le plus, 811 000 $ », a constaté Public Citizen, citant des données du National Institute on Money in Politics. «AT&T est suivi par Altria / Philip Morris, Comcast, UnitedHealth Group, Walmart, State Farm et Pfizer. Les noms de famille qui tombaient juste en dehors de la liste des 25 premiers… incluent Nationwide (182 000 USD), Merck (180 000 USD), CVS (174 000 USD), John Deere (159 000 USD) et Caterpillar (157 000 USD). “

“C’est pourquoi vous suivez l’argent, pas les bonnes relations publiques”, a tweeté Public Citizen.

Les conclusions du groupe sont intervenues après qu’un certain nombre de sociétés de premier plan – y compris AT&T, Comcast et les sociétés basées en Géorgie Coca-Cola et Delta – ont publié des déclarations dénonçant une mesure radicale de suppression des électeurs en Géorgie seulement après que le gouverneur républicain Brian Kemp l’ait promulguée le mois dernier.

Malgré les demandes vocales pour qu’elles s’expriment et utilisent leur influence pour lutter contre le projet de loi, ces entreprises étaient en grande partie silencieuses alors que la mesure faisait son chemin à travers la législature dominée par les républicains de Géorgie.

Entre 2015 et 2020, selon Public Citizen, les entreprises ont fait don de plus de 10,8 millions de dollars aux républicains de Géorgie qui soutiennent les 26 projets de loi de suppression des électeurs qui ont été présentés à la législature de l’État cette année. Les entreprises ont également fait de gros dons aux défenseurs de la suppression des électeurs au Texas, en Arizona, en Virginie, dans l’Iowa, en Pennsylvanie et en Arkansas.

«D’un océan à l’autre, les politiciens que Corporate America a aidé à élire poussent des lois racistes de suppression des électeurs», a déclaré à Common Dreams Rick Claypool, directeur de recherche du bureau du président de Public Citizen et l’un des auteurs du nouveau rapport.

«Peu importe le nombre de déclarations de relations publiques que Big Business fait, sa complicité avec les forces antidémocratiques qui veulent rendre le vote plus difficile est claire», a ajouté Claypool. «Les entreprises devraient garder leur argent en dehors de notre démocratie – et le Congrès doit remettre le peuple aux commandes en adoptant rapidement la loi pour le peuple.»

Selon le dernier décompte du Brennan Center for Justice, les législateurs ont présenté 361 projets de loi avec des dispositions restrictives de vote dans 47 États cette année, et cinq sont devenus loi.

À la suite de l’insurrection du 6 janvier au Capitole par une foule de partisans de Trump, de nombreuses grandes entreprises ont promis de suspendre temporairement tous les dons politiques alors qu’elles faisaient face à des réactions négatives pour avoir soutenu financièrement les membres républicains du Congrès qui ont contribué à provoquer l’attaque avec des mensonges effrontés sur l’élection présidentielle de 2020. .

Mais Public Citizen a fait valoir lundi que de tels efforts pour sauver la face – ainsi que le désaveu tardif des mesures de suppression des électeurs – «constitueront un geste dénué de sens si les entreprises continuent de financer les partisans des projets de loi avec de futures contributions à la campagne.»

«L’époque où les entreprises américaines peuvent financer des politiciens et ensuite se déclarer non responsables de leurs actions touche peut-être à sa fin», a déclaré le groupe. «Les entreprises qui cherchent à démontrer leur respect pour notre démocratie pourraient le faire en mettant fin à leurs tentatives d’influencer les résultats des élections aux niveaux fédéral et des États.»