Les équipes de Formule 1 établiront un groupe de travail sur les limites de piste

Début du Grand Prix de Bahreïn FIA Smedley 2021

Les 10 équipes de Formule 1 ont mis en place un groupe de travail dans le cadre de la candidature du sport pour trouver une solution au débat en cours sur les limites de la piste.

Il y a déjà eu de nombreux incidents cette saison où les pilotes et les équipes ont critiqué la façon dont les limites de la piste sont contrôlées, avec la passe de Max Verstappen pour la tête de Lewis Hamilton au Grand Prix de Bahreïn en est un exemple notable.

Verstappen a également perdu le tour le plus rapide lors du Grand Prix du Portugal après avoir dépassé les limites de la piste, ce qui a poussé Christian Horner, directeur de l’équipe Red Bull, à qualifier la manière dont les règles étaient appliquées de «brutale».

S’exprimant après le Grand Prix d’Espagne le week-end dernier, Horner a révélé qu’un groupe de travail avait été mis en place, une étape qui, espère-t-il, conduira à une solution «simple, claire et compréhensible».

«De toute évidence, ce n’était pas un problème sur cette piste à cause du tracé», a-t-il déclaré. «Je pense que cela vous dit quelque chose, n’est-ce pas?

«Alors pourquoi n’était-ce pas un problème ici et dans d’autres lieux? Ce ne sera pas non plus un problème pour la prochaine course et probablement pas pour celle d’après.

«Il y a eu une discussion saine, un groupe de travail est en cours de création.

«Nous avons juste besoin de trouver quelque chose de simple, clair et compréhensible pour les pilotes, les fans, les équipes, et cetera. Cela ne devrait pas être si difficile.

Pendant ce temps, le directeur de course Michael Masi a déclaré qu’il fallait un «équilibre» basé sur les caractéristiques spécifiques de chaque circuit.

«Les faits sont avec les circuits que cela a été un processus d’évolution continu», a-t-il ajouté.

«Il y a des endroits qui sont des problèmes de limite de piste un an, pas le suivant et vice-versa. C’est donc une évolution continue que nous travaillons avec chacun des circuits. De toute évidence, cela nécessite un investissement important de leur part de ce point de vue.

«Dans un sens, ce serait bien d’avoir des murs partout, comme on le verra dans quelques semaines à Monaco ou à Bakou. Mais évidemment, nous courons sur différents types de circuits tout le temps, quand nous regardons tout du point de vue de la sécurité, nous devons trouver le meilleur équilibre de tout dans chaque situation. Et chaque virage est différent, chaque circuit est différent.

Share