Les équipes ont “ trop leur mot à dire dans trop de domaines ”

Zak Brown craint que les équipes de Formule 1 n’aient «trop leur mot à dire dans trop de domaines», même dans des domaines dans lesquels les chefs d’équipe n’ont «aucune expertise».

Les règlements de la Formule 1 doivent passer par un processus, un processus qui commence par l’accord des 10 chefs d’équipe sur quelque chose, comme des courses de sprint d’essai.

La Formule 1 ne pouvait pas aller de l’avant avec le plan tant que tous les chefs d’équipe n’étaient pas à bord.

Brown, cependant, estime qu’il y a trop de fois où les chefs d’équipe ont leur mot à dire sur quelque chose dont ils ne savent rien.

«Mon expérience est que certains sujets sont attaqués là où il n’y a pas d’expertise», a-t-il déclaré à motorsport-magazin.com.

«Nous avons tendance à passer la plupart de notre temps sur le plan technique. Le côté commercial, l’importance de la base de fans et le divertissement sont tout aussi importants mais ne deviennent pas les mêmes consacrés au temps.

«Quand je regarde les dix personnes assises autour de la table, la plupart d’entre elles ont une formation technique. Il y a peu d’expertise commerciale de la part de personnes qui prennent beaucoup de grandes décisions.

«Le sport pourrait inclure une forme de conseil en marketing ou une équipe de conseillers comprenant des personnes qui ont une expertise dans certains domaines.»

Il a ajouté: “Pour le moment, cependant, ils ont trop leur mot à dire dans trop de domaines.”

Démarquez-vous avec la marchandise McLaren via la boutique officielle de Formule 1

Le PDG de McLaren estime qu’une personne, par exemple le chef de la F1 Stefano Domenicali, devrait avoir le dernier mot.

«Je pourrais imaginer que nous avons une sorte d’agent – dans ce cas, ce serait Domenicalli – qui est élu par les équipes», a-t-il expliqué.

«Cet agent aurait alors cette procuration. La seule chose que les équipes pourraient alors faire serait de le retirer si elles estimaient qu’il ne faisait pas du bon travail. »

Il admet cependant que suivre cette voie signifierait qu’il y aurait des règlements qui nuiraient aux équipes, certaines plus que d’autres.

«Par exemple, nous avons récemment perdu deux jetons, ce qui nous a nui dans le développement de la voiture», a-t-il déclaré à propos de la décision de courir les voitures de l’année dernière dans le championnat de cette année, chaque équipe n’ayant que deux jetons pour développer ses voitures.

Cela a gêné McLaren qui a dû utiliser ses jetons pour changer sa voiture pour l’adapter à son nouveau moteur Mercedes.

Il a poursuivi: «De plus, les essais sur route ont été raccourcis. Ce sont deux choses qui ne sont pas notre avantage, mais c’est le sport automobile. “

Suivez-nous sur Twitter @ Planet_F1 et aimez notre page Facebook.