Les intouchables de Vicente Moreno

25/11/2021 à 22:37 CET

Roger Payro

Vicente Moreno connaît son équipe par cœur. Les avantages sont que pPratiquement, ce sont les mêmes avec lesquels l’année dernière il a obtenu la promotion. A Segunda, le club a maintenu un casting de niveau – dans la catégorie argent, il s’agissait d’un véritable paquebot – et ces mêmes joueurs font leurs preuves pour Primera. Celui de Massanassa, dépassé le premier tiers de la ligue, est clair sur qui sont ses piliers : Diego López, Sergi Gómez, Cabrera, Pedrosa, Darder, Embarba et Raúl de Tomás ne bougent pas sauf cas de force majeure.

La ligne d’arrivée galicienne a atteint 40 ressorts et sa performance est plus que remarquable. Il est le seul de l’équipe avec Cabrera à avoir joué chaque minute du match (1 260). L’Uruguayen est le quarterback à l’arrière et il semble que Moreno lui ait trouvé le complément idéal : Sergi Gomez. Les sept mentionnés vivent ensemble dans le même vestiaire depuis près de deux ans, à l’exception de l’ancien joueur de Séville, bien que comme s’il l’avait fait. L’effort du club pour l’amener se justifie par le bon couplage qu’il a eu à ce jour. Ses 1 169 minutes témoignent de la raison pour laquelle Moreno le voulait.

L’arrière est la zone la plus établie de l’équipe. Pedrosa, avec 1125 est un autre de ceux qui dépasse mille minutes dans ses jambes. J’étais sur le point de le faire aussi Oscar Gil (756), jusqu’à ce que sa blessure l’arrête froid. Aleix Vidal le couvre (700), un joueur polyvalent là où ils existent et qui, comme Sergi Gómez, est lui aussi tombé sur ses pieds au stade RCDE.

À la base, le propriétaire est Sergi Darder (1 082). Celui d’Artà a débuté dans le double pivot du 4-2-3-1 habituel de Moreno, même si depuis l’irruption de Yangel Herrera – qui promet d’augmenter rapidement ses 249 minutes de jeu – il n’est pas rare qu’il agisse comme milieu de terrain. . Là, il jouit d’une plus grande liberté et s’approche de la zone de Embarba et Raúl de Tomás, deux figures clés de l’attaque. Avec respectivement 1 170 et 1 142 minutes, l’entraîneur compte sur eux match après match. L’extrême est d’avoir du mal à trouver de la poudre à canon dans ce cours, tout le contraire de un RDT en plein essor qui a marqué 50% des buts de l’Espanyol. Comme pour le sortir de onze.

A ce groupe d’incontestables s’ajouterait parfaitement Keidi Bare (464) ou Javi Puado (353), alourdi en début de parcours par des problèmes physiques de différentes natures. Melamed (522), Morlanes (510), David López (446) ou Melendo (399) ont un rôle important pour le technicien, tandis que d’autres comme Dimata (370) et Wu Lei (282) ils assument le rôle de révulsif.

Dídac (144), Mérida (139), Calero (45) et Vadillo (6) ils jouissent d’un rôle plus résiduel. Il ne reste que ce cours à sortir Oier et Joan Garcia, qui vivent dans l’ombre de Diego, et Miguelon, qui est KO depuis plus de neuf mois.

Share