« Les jeunes nous donnent envie aux vétérans de concourir »

11 juin 2021 à 11:01 CEST

Thiago Alcántara est une institution pour cette sélection. Le milieu de terrain a joué pour plusieurs des meilleurs clubs du monde et, avec une carrière réussie derrière lui, sert d’exemple aux nouveaux talents de La Roja, mais comme il l’explique lui-même dans une interview pour Marca : « Les jeunes nous donnent des vétérans avides de compétition« .

La liste de Luis Enrique compte pas mal de jeunes, ce qui apportera de la fraîcheur à une équipe qui peut sembler en reconstruction, mais comme le dit le footballeur de Liverpool lui-même : « Nous sommes très impliqués dans ce que le coach nous demande. Pas à partir de maintenant, depuis longtemps. Nous sommes une équipe qui travaille dur, et nous avons faim« .

Busquets et sa position sur le terrain

Busquets est toujours à la maison, mais comme l’a déclaré Luis Enrique : « Il sera à l’Euro. » Pour l’ancien Azulgrana, le truc du capitaine a été un coup dur : « Nous parlons de la personne avec le plus de matchs et d’expérience dans cette équipe. Sergio est très important ici, il est le capitaine. C’est super charismatique pour nous. C’est dommage, comme tout le monde. C’est aussi un de mes amis. J’espère que vous pourrez bientôt être avec nous.

Lorsqu’on lui a demandé s’il pouvait occuper son poste, il allègue que : « Heureusement, nous espérons qu’il reviendra. Sinon, nous avons un autre milieu de terrain spectaculaire comme Rodri. Je peux développer cette fonction, comme d’autres collègues. Je pense qu’on a un niveau mondial dans tous les postes. »

« La peur a été vécue dans la première étape de la pandémie »

Thiago, conscient de l’expérience de l’ensemble de la population mondiale, a souhaité retirer le fer du positif détecté dans la bulle de sélection : « La peur a été vécue dans la première étape de la pandémie. C’était une incertitude mondiale. Nous ne savions pas ce qui allait se passer. Il y avait de la peur là-bas. J’étais en Allemagne avec ma famille et s’il y avait ce sentiment de peur. Pas là. Nous avons de grands professionnels autour de nous et nous respectons tous les protocoles qu’ils nous demandent. Ce que nous avons, c’est l’attente de pouvoir travailler ensemble, de rivaliser. »

Le footballeur de Liverpool l’a subi en octobre : « J’étais avec ma famille, et la première chose qui me vient à l’esprit est leur protection. Et de tes coéquipiers. J’ai dit que cela m’arrive, s’il te plaît, isole-moi, n’ai personne autour. Je le passe vraiment mal. Il n’a souhaité que personne ne l’ait comme moi, mais je suis conscient qu’il y a des cas pires que les miens et, malheureusement, mortels ».

Le vaccin

Concernant le fait de se faire vacciner, il a déclaré : «Nous avons la chance de pouvoir y accéder. Il y a moins de risques dans notre métier, mais surtout nous devons être reconnaissants envers ceux qui ont voulu nous aider. Qu’ils le mettent ou non, nous leur en sommes reconnaissants ; et à l’européenne, avec ou sans vaccin, nous essaierons de faire de notre mieux.

A son tour aussi Il a dit qu’il comprend que cette décision peut être bouleversante.

L’entraîneur et l’optimisme

L’ancien entraîneur du Barça se montre très optimiste devant les caméras, mais aussi derrière : « Identique. Nous sommes habitués à cette situation. Cela fait un an et demi que je vis avec le covid. Nous avons pris l’habitude de nous entraîner individuellement ou collectivement, mais toujours dans le but de concourir ».

Thiago et Luis Enrique se connaissent depuis des années : « Je le connais depuis la filiale du Barça. Il a les idées très claires. Il aime la pression après la défaite, la possession… et la victoire, c’est ce que nous voulons tous. »

Son travail pour garder le groupe soudé à un moment comme celui qu’ils vivent est important, il affirme que le coach est comme montré à la presse : « Oui, ce qui est bien avec Luis, c’est qu’il est toujours le même, il n’a pas de différences selon à qui il parle.« .

« C’est comme si chaque jour ils nous mettaient des barrières et nous les sautions ensemble »

La concentration a commencé comme jamais on n’aurait voulu, mais cela n’enlève pas l’envie de se lancer un défi de taille : « Nous sommes impatients de nous sentir à nouveau unis, d’être ce groupe au sens littéral. Être ensemble pour se mesurer à une équipe que l’on connaît bien et dont on connaît les difficultés que cela pose. »

En ce sens, il a également commenté que sa prédisposition est maximale à repartir du bon pied : « Nous sommes à ce point du tunnel où nous faisons ce qu’ils nous disent, quoi qu’ils nous jettent. Nous ferons tout ce qu’ils nous diront. pour y arriver. au premier match prêt à disputer, je vois l’équipe travailler de façon spectaculaire compte tenu de la situation. Je pense vraiment nous allons très bien faire ses débuts« .

Share