Les larmes du Djokovic qui s’est retrouvé sans ‘sorpasso’

13/09/2021 à 22h30 CEST

Il a perdu bien plus d’une finale. Novak Djokovic a laissé une incitation sur le court central de Flushing Meadows qui a alimenté sa motivation pendant de nombreuses années. Le jour où il l’a eu à portée de main, à un match, à un souffle de devenir réalité, un grand Russe du nom de Daniil Medvedev qui a passé deux ans à traîner dans le Top 5 du classement ATP et 16 semaines consécutives au numéro 2, a donné lui une vraie ‘gifle’ avec un douloureux 6-4, 6-4 et 6-4 en seulement deux heures. Adiós al sueño de conseguir el ciclo completo de Grand Slam -ganar los cuatro Grand Slams de la temporada-, adiós a los 21 Grand Slams superando a Roger Federer y Rafa Nadal y con ello adiós al argumento para poder considerarse sin complejos el mejor tenista de l’histoire.

Djokovic veut quand même l’obtenir et les statistiques disent qu’il l’a à portée de main, mais pour l’instant, il devra attendre l’Open d’Australie l’année prochaine.

Un sprint à la portée de peu

‘Nole’ a réussi à rattraper ses éternels rivaux en termes de Grands Chelems remportés en seulement quatre ans. Fin 2017, le Serbe avait décroché le titre en 12 tournois du Grand Chelem et en seulement trois ans, il a reçu huit des 15 qui étaient en jeu -Wimbledon 2020 n’a pas été contesté en raison de la pandémie- atteignant les 20 qui envisagent aujourd’hui son record.

Rafa Nadal en a remporté quatre autres au cours de cette période tandis que Federer n’en a remporté qu’un. Grâce à ces quatre saisons incroyables, Djokovic, qui ne semblait pas avoir à sa portée les figures scandaleuses du Majorquin et du Suisse, a montré qu’il est un membre à part entière des « Trois Grands ». Mais son ambition et sa rivalité sont encore latentes et l’actuel numéro un en redemande. Il a rêvé encore et encore de devenir le meilleur de l’histoire et continuera ses efforts pour donner ce « sorpasso » qui lui a échappé dimanche après un mauvais match contre un Medvedev qui a vécu la journée parfaite.

Des larmes pour…

Djokovic a assuré en conférence de presse que ses pleurs après avoir obtenu le break dans le troisième set de la finale et après la défaite étaient dus à une accumulation de sensations : «Ça a été beaucoup d’émotions. Cette défaite est dure, compte tenu de tout ce qui était en jeu, mais en même temps j’ai ressenti quelque chose que je n’avais jamais ressenti ici, à New York. Les fans m’ont agréablement surpris avec tout cet amour et cette énergie qu’ils m’ont donné, et c’est pourquoi j’ai pleuré », a-t-il déclaré.

La colère, la douleur, la frustration et aussi l’affection et l’émotion… à savoir.

Share