in

Les meilleurs hommages jazz aux Fab Four de Liverpool

En écrivant et en jouant leurs propres chansons au lieu de compter sur des auteurs-compositeurs professionnels et des musiciens de session, Les Beatles révolutionné la musique pop et rock au début des années 60. Bien que leur temps sous les projecteurs ait été trop bref – après huit ans au sommet, ils se sont dissous en 1970 – John Lennon, Paul Mccartney, George Harrison, et Ringo Starr a inauguré l’ère du groupe pop autosuffisant et autonome à la guitare. Cependant, leur popularité et la puissance de leurs chansons étaient telles que l’influence du groupe s’est étendue au-delà des les royaumes de la musique classique, reggae et jazz. Personne, semblait-il, ne pouvait échapper à l’influence des Beatles et tout le monde voulait lui rendre hommage. Les reprises de jazz des Beatles ne manquent pas pour le prouver.

La meilleure musique de jazz des Beatles propose des versions extraordinaires des chansons des Fab Four, allant du virtuose de la guitare primé aux Grammy Awards Georges Bensonle remake de l’emblématique Album d’Abbey Road au pianiste de Chicago Ramsey Lewis retravaillant certains des plus grands succès des Beatles en groove soul-jazz à claquement de doigts. Et qui peut oublier l’aristocrate du jazz Base de comptagese balance grand groupe reconfigurations des airs immortels de Lennon et McCartney ? Ni l’un ni l’autre n’étaient deux des labels les plus branchés de l’histoire du jazz, Note bleue et Verve, à l’abri des charmes des meilleurs de Liverpool, comme en témoignent deux compilations, Blue Note Plays The Beatles et Verve Plays The Beatles.

Pour célébrer la relation entre les Beatles et le jazz, nous avons sélectionné certains des meilleurs albums de jazz des Beatles. Si nous avons manqué l’un de vos favoris, faites-le nous savoir dans la section commentaires.

Écoutez la liste de lecture Jazz Plays The Beatles sur Spotify et faites défiler vers le bas pour lire notre sélection des meilleures reprises de jazz des Beatles.

George Benson : l’autre côté d’Abbey Road

Bien que l’idée du producteur Creed Taylor ait été de faire jouer le poids lourd de la guitare de Pittsburgh sur l’album Abbey Road des Beatles, le célèbre arrangeur Don Sebesky était l’architecte en chef du projet, fournissant des orchestrations inventives et combinant de manière transparente des chansons pour créer des medleys saisissants. Les faits saillants incluent une version vocale blues après les heures de travail de « Oh ! Darling”, un “Come Together” super funky et un magnifique medley qui fusionne le profond “Something” de George Harrison avec le ludique “Octopus’s Garden” de Ringo. Benson est accompagné de sidemen stellaires, parmi lesquels des pianistes Herbie Hancock et Bob James, plus le trompettiste Freddie Hubbard.

Ramsey Lewis : Ramsey Lewis joue le recueil de chansons des Beatles

Bien qu’ils aient commencé à la fin des années 50, le Ramsey Lewis Trio n’a pris son essor que dans les années 60, lorsqu’ils ont commencé à accumuler une série de succès. Pianiste de Chicago, Lewis a toujours eu un penchant pour les tubes des Beatles – il a marqué un smash considérable avec son interprétation contagieuse de « A Hard Day’s Night » – assaisonnant Lennon et McCartney en 1964 avec des saveurs de jazz, de gospel et de R&B. . Comme le révèle Ramsey Lewis Plays The Beatles Songbook, Lewis a également repris certains des morceaux les plus obscurs du recueil de chansons des Beatles, tels que “Rocky Racoon”, “Sexy Sadie” et “Cry Baby Cry”, tous tirés de la chanson du groupe. « L’album blanc ». Écoutez également sa version psychédélique unique de “Merle”.

Count Basie : le sac Beatle de Basie

Même un échangiste de la vieille école comme Bill « Count » Basie n’a pas pu résister à l’attrait des Beatles. En 1966, à 62 ans, il enregistre cet album, le premier de deux hommages aux groupes (l’autre est Basie On The Beatles de 1969). Avec l’aide de l’arrangeur cubain Chico O’Farrill, Basie propose des versions énergiques pour big band des succès classiques des Beatles (« Can’t Buy Me Love », « Help ! »), ainsi que des interprétations de bon goût des albums préférés (« Michelle, ” “Hier”) et conclut son hommage avec « Kansas City » de Leiber & Stoller, que les Beatles ont enregistré sur leur album Beatles For Sale.

Artistes divers : Une journée dans la vie : Impressions de poivre

Cette compilation entreprenante de 2018 propose une réimagination radicale du magnum opus des Beatles de 1967, Sgt Pepper’s Lonely Hearts Club Band, par certaines des étoiles montantes du jazz contemporain. Ses contributeurs incluent les batteurs primés Antonio Sanchez et Makaya McCraven, ainsi que le gagnant du MOBO Shabaka Hutchings (avec son groupe Shabaka And The Ancestors). Ils sont rejoints par la guitariste Mary Halverson, la virtuose de la harpe Brandee Younger, les pianistes Sullivan Fortner et Cameron Graves, le bassiste/compositeur Miles Mosley et la trompettiste Keyon Harrold.

Divers artistes : The Beatles Tribute : Une célébration du jazz des étoiles

Pour ceux qui préfèrent une variété plus douce de jazz contemporain, alors cet hommage élégant, doux et élégant de 1995 aux Beatles fera l’affaire. Parmi ses artistes contributeurs figurent George Benson (“The Long And Winding Road”), Diana Krall (qui sert un sensuel “And I Love Her”), Ramsey Lewis, Lee Ritenour, Tom Scott, McCoy Tyner (découvrez sa version as de “She’s Leaving Home”) et le jazz doux groupe Spyro Gyra. Écoutez également deux exquises pièces pour piano solo de Chick Corea (« Eleanor Rigby ») et Dave Grusin (« Hier »).

Divers artistes : Blue Note joue les Beatles

Les archives du légendaire label de jazz Blue Note ont été pillées pour ce formidable hommage de 14 pistes aux Beatles, qui va du swing hard bop des années 60 (Can’t Buy Me Love du saxophoniste Stanley Turrentine) et des grooves soul jazz moelleux (guitariste Grant Green’s “A Day In The Life”) aux interprétations des Beatles des années 90 par le chanteur extraordinaire Bobby McFerrin (“Drive My Car”) et le virtuose de la guitare Stanley Jordan (“Eleanor Rigby”). Les sommités du jazz Lee Morgan, Dianne Reeves, Cassandra Wilson et Buddy Rich contribuent également.

Divers artistes : Verve joue les Beatles

Fondée par le producteur Norman Granz en 1956, Verve est considérée comme l’une des premières maisons de disques de jazz. Cette compilation de reprises des Beatles présente des artistes des listes passées et présentes de Verve, apportant une touche jazz unique à la musique écrite par le groupe. Les faits saillants vocaux vont du poignant « In My Life » de Diana Krall à Ella Fitzgeraldl’exubérant « Can’t Buy Me Love », tandis que d’impressionnants morceaux instrumentaux proviennent de Herbie Hancock (« Norwegian Wood »), Gabor Szabo (« Hier »), Quincy Jones (« A Hard Day’s Night ») et Wes Montgomery (“Un jour dans la vie”).

Vous cherchez plus? Découvrez les meilleures reprises des Beatles de tous les temps.

Davidovich bat Sousa avec solvabilité au premier tour

Les luttes de basket-ball de Bronny James vont de mal en pis (vidéo)