Les pêcheurs français promettent un chaos supplémentaire malgré l’effondrement du permis de Jersey | Politique | Nouvelles

Le président du Comité régional des pêches de Normandie et d’élevage marin, Dimitri Rogoff, a déclaré aux médias français qu’il était « soulagé » que lui et ses membres aient été autorisés à opérer des extensions dans les eaux de Jersey. Mais M. Rogoff a lancé un terrible avertissement selon lequel si son groupe se voit refuser l’accès au poisson de Jersey, lui et ses alliés « nous frapperont du poing » jusqu’à ce que leurs demandes soient satisfaites. Cela survient alors que plus d’une centaine de bateaux français ont protesté et contesté les eaux de Jersey après avoir été confrontés à de nouvelles règles de licence après le Brexit, qui pourraient les geler.

S’adressant au radiodiffuseur français RMC, M. Rogoff a discuté de la prolongation tardive de la période de transition de la pêche à Jersey.

Il a confié à la chaîne : « Nous sommes soulagés mais le match n’en est toujours pas un, nous restons en suspens.

« On va passer l’été en paix, il n’y a plus cette pression là, cet ultimatum.

« Mais bon, on n’a toujours rien pour nous rassurer.

« Cette prolongation crée une trêve, une trêve dans les échanges que l’on peut voir.

« Le 30 septembre, on fera le point sur tout ça pour voir si tous nos bateaux viennent chercher le spot de pêche.

« Et s’ils peuvent continuer à aller dans les eaux de Jersey.

« Sinon, on va continuer à taper du poing sur la table et puis on ira, peut-être, sur de nouvelles manifestations »

Plus d’une centaine de bateaux ont navigué vers Jersey aux premières heures du 5 mai, le gouvernement britannique envoyant des patrouilleurs pour surveiller la situation.

Le ministre français de la Maritime a également laissé entendre que la France pourrait couper l’électricité de l’île pour protester contre les nouvelles règles, car les centrales électriques fournissent plus de 90% de l’électricité de Jersey.

Jersey a annoncé lundi une prolongation de dernière minute de l’accord de transition, qui devait prendre fin le 30 juin.

Les bateaux français peuvent désormais opérer dans les eaux de Jersey pendant trois mois supplémentaires pendant que les gouvernements retournent à la table des négociations pour aplanir les problèmes.

Dans un communiqué, Ian Gorst, ministre des relations extérieures de Jersey, a déclaré : « Nous proposons cette prolongation de la période d’amnistie pour permettre la poursuite des discussions ».

Le jeune ministre français de l’Europe, Clément Beaune a tweeté : « Nous progressons !

« Nous continuerons à défendre nos pêcheurs, leurs intérêts, l’avenir de la pêche (française) ».

Share