« Les pneus ne doivent pas exploser comme ça », déclare Villeneuve · .

Le champion du monde de Formule 1 Jacques Villeneuve a qualifié de « gênantes » les défaillances de pneus qui ont frappé le Grand Prix d’Azerbaïdjan le week-end dernier.

Le fournisseur officiel de pneus du sport, Pirelli, s’attend à révéler les conclusions de son enquête sur les défaillances subies par Max Verstappen et Lance Stroll au début de cette semaine.

Verstappen menait la course lorsque son pneu arrière gauche dur composé C3 est tombé en panne avec six tours à faire. Stroll a abandonné 16 tours plus tôt avec un échec similaire, alors qu’il courait à la quatrième place. Les deux avaient parcouru environ 30 tours sur les sets.

« Les pneus ne devraient pas exploser comme ça », a déclaré Villeneuve, qui a couru en F1 entre 1996 et 2006. « Ils n’ont même pas fait autant de tours. C’est gênant.

« Et tant pis, Stroll faisait une bonne course et Max l’avait sous contrôle. »

Les deux équipes ont déclaré qu’elles n’avaient aucune indication que les pneus risquaient de tomber en panne. L’ingénieur de course de Verstappen, Gianpiero Lambiase, était en train de dire à son pilote que « les mesures de traction sont raisonnables » au moment même où son pneu défectueux l’a projeté dans une barrière à environ 300 km/h.

Les deux tours de Verstappen avant son accident étaient les plus rapides de tous les pilotes pendant la course. « Max faisait juste meilleur tour après meilleur tour et il avait une grosse avance donc il n’avait pas besoin de conduire si vite », a déclaré Villeneuve. «Mais je ne sais pas ce qu’il aurait pu faire d’autre parce qu’il ne glissait pas, il n’y avait rien de majeur. Donc pas de chance là-bas.

Analyse : huit questions de sécurité soulevées par les accidents du Grand Prix d’Azerbaïdjan et la réaction de la F1Le directeur de l’équipe Red Bull, Christian Horner, a insisté sur le fait que Verstappen n’avait pas « abusé » de ses pneus avant la panne.

Le responsable du sport automobile de Pirelli, Mario Isola, a déclaré que leur inspection préliminaire des pneus indiquait qu’un facteur externe tel que des débris ou un trottoir pourrait avoir contribué aux défaillances. Cependant, il ne pense pas que la cause soit unique au circuit de Bakou.

« Je ne veux pas pointer du doigt Bakou et le circuit », a déclaré Isola. « J’ai vu qu’ils nettoyaient le circuit plusieurs fois pendant le week-end. Les débris et les pièces en carbone sont toujours très coupants.

« Le fait est que sur un circuit urbain, vous avez beaucoup moins couru [off] et ainsi les débris restent sur la bonne voie. Mais c’est tout à fait normal dans n’importe quel circuit urbain, il n’y a pas que Bakou. Je crois que c’est la même chose à Singapour, c’est la même chose à Monte-Carlo, parce que les débris sont là.

« Si vous avez un accident, si vous endommagez une partie d’une voiture parce qu’un pilote saute sur un trottoir et casse une partie de l’aile ou autre, il reste sur la bonne voie, il est donc beaucoup plus facile de le récupérer. »

Pirelli a apporté les pneus les plus tendres de sa gamme – les composés C3, C4 et C5 – à la course de la semaine dernière. Le composé C3 est utilisé à chaque manche cette année, et sera le pneu médium du Grand Prix de France de ce week-end au Paul Ricard, aux côtés du pneu tendre C4 et du pneu dur C2.

Annonce | Devenez un supporter de . et passez sans publicité

Saison 2021 de F1Parcourir tous les articles de la saison 2021 de F1

Partagez cet article de . avec votre réseau :

Share