Les républicains sont fous de s’engager avec les médias de gauche ⋆ .

Le commentateur principal du Washington Examiner Becket Adams a réfléchi mardi aux raisons pour lesquelles les législateurs républicains continuent d’apparaître dans les médias de gauche qui «considèrent qu’il est de leur devoir de mettre les républicains à la rotule». Adams a écrit dans son blog Substack:

Pourquoi les législateurs du GOP continuent-ils d’accepter de faire des interviews avec des militants partisans se faisant passer pour des présentateurs de nouvelles? Bien sûr, il y a quelque chose à dire pour entrer dans la fosse aux lions. Les efforts réussis pour calmer une pièce hostile peuvent gagner l’admiration et le respect de ses adversaires. Mais quand il s’agit de salles de rédaction comme MSNBC, cela ressemble plus à une fosse à hyène. C’est plus que hostile – c’est fou.

Adams a cité un exemple récent, dans lequel le gouverneur républicain de Virginie-Occidentale, Jim Justice, est apparu sur MSNBC pour discuter du projet de loi qu’il a signé pour interdire aux hommes biologiques de participer aux sports féminins.

L’animatrice Stephanie Ruhle a défié Justice et l’a interrompu alors qu’il parlait à plusieurs reprises. Ruhle a riposté à Justice et a déclaré: «S’il vous plaît, revenez quand, au-delà de sentiments anecdotiques en tant qu’entraîneur, vous pouvez me montrer des preuves où ces jeunes femmes sont désavantagées dans votre État, car je peux vous montrer des preuves sur le classement aussi bas L’éducation désavantage les jeunes femmes et hommes de Virginie-Occidentale », en lice pour le dernier mot.

Comme l’a noté l’écrivain Examiner, Ali Velshi de MSNBC a par la suite diffusé des extraits de l’interview de Justice et a fait remarquer: «… il semble que Justice a été servie.

«C’est le modus operandi des agences de presse de gauche», a écrit Adams. «Ils considèrent que c’est leur travail de mettre les républicains à la rotule, certainement pas de débattre des questions sans passion. Pourtant, quelle qu’en soit la raison, les républicains continuent d’accepter des invitations à ces émissions. Les républicains continuent de traiter les ancres de gauche et les journalistes comme s’ils étaient des opérateurs justes et impartiaux.

«Les républicains se plaignent beaucoup de la partialité des médias, affirmant qu’ils ne sont pas équitablement secoués par la presse», a poursuivi Adams. «Pourquoi, alors, continuent-ils à fréquenter les réseaux d’information qui ne sont explicitement pas dans le but d’être juste et impartial?»