Les talibans demandent aux compagnies aériennes de reprendre les vols internationaux vers l’Afghanistan

Des soldats talibans se tiennent devant un panneau à l’aéroport international de Kaboul, en Afghanistan, le 9 septembre 2021.

Agence de presse d’Asie de l’Ouest | .

Le gouvernement taliban en Afghanistan a appelé dimanche à la reprise des vols internationaux, promettant une pleine coopération avec les compagnies aériennes et affirmant que les problèmes à l’aéroport de Kaboul avaient été résolus.

La déclaration du ministère des Affaires étrangères intervient alors que la nouvelle administration a intensifié ses efforts pour ouvrir le pays et obtenir l’acceptation internationale après l’effondrement du gouvernement soutenu par l’Occident le mois dernier.

Un nombre limité de vols d’aide et de passagers ont été opérés depuis l’aéroport. Mais les services commerciaux normaux n’ont pas encore repris depuis qu’il a été fermé à la suite de l’évacuation chaotique de dizaines de milliers d’étrangers et d’Afghans vulnérables qui a suivi la prise de la capitale par les talibans.

L’aéroport, endommagé lors de l’évacuation, a depuis été rouvert avec l’aide d’équipes techniques du Qatar et de Turquie.

Alors que certaines compagnies aériennes, dont Pakistan International Airlines, ont offert des services limités et que certaines personnes ont pu obtenir des places sur des vols, les prix auraient été plusieurs fois plus élevés que la normale.

Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Abdul Qahar Balkhi, a déclaré que la suspension des vols internationaux avait laissé de nombreux Afghans bloqués à l’étranger et empêché les gens de voyager pour le travail ou les études.

« Alors que les problèmes à l’aéroport international de Kaboul ont été résolus et que l’aéroport est pleinement opérationnel pour les vols intérieurs et internationaux, l’AIE assure toutes les compagnies aériennes de sa pleine coopération », a-t-il déclaré, en utilisant une abréviation pour l’Émirat islamique d’Afghanistan, le terme utilisé par les talibans pour désigner leur nouveau gouvernement.

Depuis leur arrivée au pouvoir, les talibans sont aux prises avec une grave crise économique et subissent des pressions sur des questions allant de l’éducation des filles aux allégations de représailles contre d’anciens responsables et d’autres personnes associées au gouvernement précédent.

Share