Les talibans ont averti qu’ils  » paieraient le prix fort de leur sang  » alors que les forces rebelles s’amassent dans la vallée | Monde | Nouvelles

Des combattants de la région du Panjshir ont été photographiés en train d’équilibrer des rondins de bois sur leurs épaules alors qu’ils pataugeaient dans l’eau lors d’un entraînement de style SAS. Les forces de résistance sont « prêtes à combattre » les militants qui contrôlent désormais tout le pays alors que les forces américaines sont parties lundi soir.

Lundi soir, l’armée américaine a achevé son retrait, laissant aux talibans le contrôle du pays.

Les dernières troupes britanniques ont quitté l’aéroport de Kaboul samedi, mettant fin à deux décennies d’engagement militaire.

Un compte Twitter dédié à la résistance de la région du Panjshir a publié des photos de l’entraînement des combattants.

« Les forces de résistance nationales lors de l’entraînement à #Panjshirvally », ont-ils tweeté.

LIRE LA SUITE : La Russie cherche à « opérer activement à Kaboul »

« J’écris aujourd’hui depuis la vallée du Panjshir, prêt à suivre les traces de mon père, avec des combattants moudjahidines qui sont prêts à affronter à nouveau les talibans », a écrit Ahmad Massoud dans le Washington Post.

« Nous avons des réserves de munitions et d’armes que nous avons patiemment rassemblées depuis l’époque de mon père parce que nous savions que ce jour pourrait arriver. »

Le Panjshir a été le cœur de la résistance militaire en raison de sa vallée étroite entourée de montagnes avec un seul point d’entrée central depuis Kaboul.

Auparavant, de 1980 à 1985, la vallée servait également de base aux forces de résistance.

La vallée a connu au moins neuf tentatives soviétiques de reprendre la région, mais sans succès.

Share