L’Espanyol enregistre les numéros de championnat

La fin du voyage de l’Espanyol à travers la deuxième division est beaucoup moins traumatisante que prévu. La boîte bleue et blanche était le grand paquebot cette saison et celui qui a le plus de pression pour retrouver immédiatement sa place dans l’élite. Normal, en tenant compte de votre budget, de votre plafond salarial et de votre niveau de personnel. Dans le football, c’est pourquoi un plus un n’est pas toujours deux. La catégorie de l’argent est perfide et ce n’est pas facile de réaliser ce que fait l’Espanyol; entrez le mois de mai avec l’ascension pratiquement terminée.

Il manque ceux de Vicente Moreno juste un point pour le sceller – Le samedi suivant, ils visitent Saragosse – alors qu’il reste encore cinq jours. Une situation très favorable que tout le monde a signée et qui se comprend s’ils se regardent les records accumulés par l’équipe, dont le point culminant a été le 3-0 contre Malaga hier.

Le niveau de jeu est le seul «mais» qui peut être attribué à l’équipe. Il a eu des pics de brillance – parfois stériles comme lors de la défaite de Gérone – mais la tendance a été celle d’un niveau entre correct et remarquable qui n’a pas toujours rassuré les fans. Bien sûr, ce manque intermittent de dominance dans le vert a été couvert – et plus que – écrasant dans les zones.

Le Zamora et le Pichichi

Après avoir ajouté une nouvelle feuille vierge, Diego López est déjà le Zamora de deuxième avec 23 buts encaissés en 37 matchs. Il y a 17 – presque la moitié – des jours où le Paradela n’a pas reçu de but, bien qu’il le surpasse Manolo Reina avec 21. Le gardien de Majorque, qui a concédé 24 buts, est son principal rival à cet égard. Diego Marino, du Sporting, en a reçu 22 mais a disputé trois matchs de moins.

Plus d’informations (Auto)

Titre de l’actualité (Auto)

Le «combat» avec les joueurs de l’équipe rojiblanco n’est pas nouveau au stade RCDE. De l’autre côté du terrain, celui des “ tueurs ”, Raúl De Tomás a surpassé Uros Djurdjevic en tant que Pichichi de la catégorie. Le doublé contre Malaga a permis à RDT de marquer 22 buts, un de plus que «Djuka». Le Madrilène cherche à dépasser les 24 qu’il a réalisé avec Rayo Vallecano en 17/18, son top en une saison.

De Tomás est l’auteur d’un but sur trois à l’Espanyol, bien qu’il ne soit pas seul. Javi Puado, avec 11 buts et 8 passes décisives, et Adri Embarba, avec 9 et 14 respectivement, sont ses partenaires offensifs préférés. L’ancien ailier du Rayo est, de loin, celui qui accumule le plus de passes de buts en championnat. Entre les trois, 63% des buts de l’équipe ont été signés.

Si la défense et l’attaque fonctionnent bien, il est entendu que l’équipe Kakhol lavan est invaincue depuis plus de trois mois. Avec 77 points, il a à sa portée pour établir le record historique en deuxième, honneur que le Dépor du 11/12 a. Pour ce faire, oui, il aurait besoin de gagner tout ce qui reste. Difficile mais pas impossible.