L’heure de vérité pour la Hollande

12/06/2021 à 23h00 CEST

Javier Giraldo – Amsterdam (Envoyé spécial)

La sélection de Les Pays-Bas s’appelaient simplement Hollande quand elle a disputé son dernier grand tournoi international : elle était entraînée par Louis van Gaal et a terminé troisième de la Coupe du monde au Brésil 2014. Sept ans ont passé et après avoir raté l’Eurocup 2016 et la Coupe du monde 2018, elle revient sur le devant de la scène. Ce n’est pas un favori, mais il a des osiers pour aspirer à tout. Il arrive avec quelques doutes, mais il peut donner la cloche.

Le débat autour des ‘oranje’ -une équipe si proche du Barça- porte sur le système. Son entraîneur, Frank de Boer, a assuré hier qu’il sera fidèle au 3-5-2 que Ronald Koeman avait déjà mis en place à l’époque. et cela a permis aux Pays-Bas de se qualifier facilement pour le tournoi.

Le rôle de De Jong

Pour son premier grand tournoi international, le milieu de terrain du Barça est appelé à être non seulement l’un des grands piliers de son équipe, mais aussi l’un des footballeurs les plus marquants de l’Eurocup. Ses deux saisons au Barça ne lui ont pas apporté trop de titres, mais elles lui ont permis de grandir dans un environnement d’exigence maximale et d’être un footballeur plus complet. Le milieu de terrain est complété par le capitaine Wijnaldum, la signature frustrée du Barça, et De Roon, qui a fait une bonne saison à l’Atalanta, bien que ses dernières performances avec l’équipe nationale laissent des lacunes.

Une vieille connaissance sous des bâtons

Le but ‘oranje’ la occupera Maarten Stekelenburg, le footballeur le plus âgé de ceux qui participent au tournoi. Il a déjà défendu le but néerlandais à l’Euro 2012 et à la Coupe du monde 2010 : c’est lui qui a concédé le but d’Iniesta en finale.

Cent pour cent memphis

En attaque, les regards se porteront sur un chiffre, celui de Memphis Depay, un footballeur qui génère de nombreuses affiliations et phobies dans son pays mais dont les chiffres convainquent même les plus sceptiques. Il est un joueur capital pour Frank de Boer et à ce titre, il dirigera le jeu offensif néerlandais. Lors des derniers matchs de la sélection, Depay a participé à pratiquement tous les buts de l’équipe. Contrairement à Wijnaldum, qui a laissé son avenir réglé avant le début de la compétition, Depay n’a pas encore précisé pour quelle équipe il jouera la saison prochaine, malgré l’intérêt manifesté par le Barça.

Les garçons de Shevchenko

L’Ukraine revient également sur le devant de la scène internationale, après avoir raté la Coupe du monde 2018. Réalisé par Andriy Shevchenko, il veut faire parler de son football, plus que des questions politiques (il a présenté un maillot pour le tournoi avec une carte de ses frontières, qui comprend la Crimée, territoire contesté avec la Russie).

Zinchenko et Malinovski Ce sont ses acteurs les plus pertinents : tous deux sont issus de deux saisons de haut niveau, avec City et Atalanta, respectivement. Yarmolenko, qui sonnait autrefois comme un renfort pour le Barça, est également un autre des Ukrainiens à prendre en compte.

Share