L’interdiction des véhicules anciens est rétrograde : l’aptitude du véhicule, et non son âge, devrait être le critère de mise au rebut

Qu'un véhicule soit apte à fonctionner ou non, cela dépend beaucoup de la qualité de son entretien, de son entretien en temps opportun ;  cela doit être testé au lieu de le déclarer inapte simplement parce qu'il a atteint un certain âge.  (Image représentative/ Photo d'archive)Qu’un véhicule soit apte à fonctionner ou non, cela dépend beaucoup de la qualité de son entretien, de son entretien en temps opportun ; cela doit être testé au lieu de le déclarer inapte simplement parce qu’il a atteint un certain âge. (Image représentative/ Photo d’archive)

Le 18 mars 2021, le ministre de l’Union chargé des transports routiers et des autoroutes, Nitin Gadkari, a annoncé une politique «volontaire» de mise à la casse des véhicules pour (1) atténuer la pollution des véhicules et (2) plus que doubler le chiffre d’affaires de l’industrie automobile indienne par rapport aux Rs actuels. 4,5 lakh crore à Rs 10 lakh crore en quelques années.

À l’heure actuelle, il existe 51 lakhs de véhicules de plus de 20 ans, 34 lakhs de plus de 15 ans mais de moins de 20 ans et 17 lakhs de moins de 15 ans mais sans certificat d’aptitude renouvelé. L’architecture politique est fondée sur deux piliers (inciter à leur suppression et dissuader de s’y accrocher).

Le propriétaire partant à la casse obtiendra 4 à 6 % du prix départ salle d’exposition du nouveau véhicule à titre de compensation ; 5% de remise à l’achat du véhicule neuf ; et remise sur la taxe de circulation à 25 % pour les véhicules personnels (les États prélèvent cette taxe à 4 %, donc la remise de 25 % est de 1 %). La politique soulève une dispense des frais d’immatriculation pour un véhicule neuf acheté sur présentation d’un « certificat de mise à la ferraille » délivré contre un véhicule mis au rebut. Quant aux désincitations à s’accrocher, il propose une hausse des frais de renouvellement de l’immatriculation (5 000 Rs pour une voiture de moins de 15 ans, contre 600 Rs) et des frais de renouvellement du certificat d’aptitude, des pénalités sévères pour les retards de renouvellement et l’imposition de la soi-disant «taxe verte» par les États sur ces véhicules.

Tous les véhicules personnels devront subir un test d’aptitude automatisé obligatoire après 20 ans pour circuler sur les routes (pour les véhicules utilitaires, le seuil est de 15 ans). S’ils ne passent pas, ces véhicules seront radiés et mis en fourrière par les autorités des transports, les qualifiant de « véhicules en fin de vie ».

Même si la loi en vigueur dans la majorité des États prévoit la réimmatriculation, disons, d’une voiture privée (roulant à l’essence) pendant cinq ans à la fin de la période d’immatriculation initiale de 15 ans, la politique laisse le choix au propriétaire, de cours, sous réserve que le véhicule soit en état de rouler (en fonction de l’aptitude, l’immatriculation peut être prolongée même au-delà de 20 ans). Les incitations/dissuasions sont uniquement destinées à le galvaniser à prendre une décision qui trouve un équilibre entre ses besoins particuliers et ses préoccupations environnementales. La politique débutera avec la notification des règles (prévue en octobre 2021).

Pendant ce temps, une ordonnance de la Cour suprême (2018) validant une ordonnance du National Green Tribunal (NGT) interdisant aux véhicules à essence de plus de 15 ans de circuler dans la région de la capitale nationale (RCN) – pour les voitures diesel, le seuil est de 10 ans – a mettre une clé dans les travaux. Elle donne lieu à quatre anomalies.

Premièrement, l’ordonnance annule la loi en vigueur qui prévoit le renouvellement de l’enregistrement au bout de 15 ans à compter de la date du premier enregistrement et a un effet rétroactif. Par exemple, une personne qui a acheté une voiture, disons, le 1er janvier 2007, sur la base qu’elle serait capable de la faire fonctionner pendant 20 ans (15 plus cinq), c’est-à-dire jusqu’au 1er janvier 2027—en accord avec la loi du terrain – devra désormais le mettre à la ferraille le 1er janvier 2022.

Deuxièmement, cela suppose que toutes les voitures deviennent automatiquement inaptes à circuler après 15 ans. Qu’un véhicule soit apte à fonctionner ou non, cela dépend beaucoup de la qualité de son entretien, de son entretien en temps opportun ; cela doit être testé au lieu de le déclarer inapte simplement parce qu’il a atteint un certain âge.

Troisièmement, cela conduit à une discrimination patente des propriétaires de véhicules dans la RCN par rapport à ceux des autres États. Alors que les premiers n’ont d’autre choix que de laisser tomber leurs voitures au bout de 15 ans (même lorsque celles-ci sont aptes à rouler et répondent aux normes de pollution), les seconds peuvent continuer à faire fonctionner leurs voitures jusqu’à 20 ans et même au-delà.

Quatrièmement, l’arrêté rend infructueuse la politique de mise à la casse « volontaire » des véhicules en ce qui concerne la RCN. Lorsqu’il y a interdiction de conduire la voiture au-delà de 15 ans, la seule mention du mot « volontaire » est risible.

Le gouvernement devrait prendre des mesures urgentes pour corriger cette anomalie. Il peut soit s’adresser au tribunal supérieur pour céder ; alternativement, il doit apporter les modifications nécessaires à la Motor Vehicles Act pour refléter l’intention politique, c’est-à-dire utiliser l’aptitude comme seul critère quel que soit l’âge du véhicule pour déterminer s’il peut être autorisé à rouler ou non.

L’auteur est un analyste des politiques
www.uttamgupta.com

Obtenez les cours boursiers en direct de l’ESB, de la NSE, du marché américain et de la dernière valeur liquidative, du portefeuille de fonds communs de placement, consultez les dernières nouvelles sur les IPO, les meilleures introductions en bourse, calculez votre impôt à l’aide de la calculatrice de l’impôt sur le revenu, connaissez les meilleurs gagnants, les meilleurs perdants et les meilleurs fonds d’actions. Aimez-nous sur Facebook et suivez-nous sur Twitter.

Financial Express est maintenant sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne et rester à jour avec les dernières nouvelles et mises à jour de Biz.

Share