L’Italie des records et l’enterrement du ‘catenaccio’

05/07/21 à 06:30 CEST

Italie a toujours insufflé la peur à ses rivaux. Ses quatre Coupes du monde, remportées en 1934, 1938, 1982 et 2006, en témoignent. Mais alors qu’avant il était capable de gagner avec un ballon aussi bon marché qu’efficace, l’« azzurra » est désormais offensif, brillant et spectaculaire. Une transformation qui a un nom et un prénom, celui de Roberto Mancini, et cela va de pair avec le changement, également pour le mieux, de Calcio lui-même. La Serie A la saison dernière a enregistré une moyenne de 3,06 buts par match alors que, par exemple, la Ligue espagnole est restée à 2,51. Pour réfléchir.

Le 10 septembre 2018 a marqué un avant et un aprèss. L’Italie a perdu contre le Portugal, plus tard champion du monde, 1-0 en Ligue des Nations. C’était la dernière fois que Roberto Mancini, qui avait pris les rênes de l’azzurra après l’humiliation d’être exclu de la Coupe du monde, jouait avec un double pivot dans un 4-4-2 et s’inquiétait plus du rival que sur le sien. Il a vu le jour dans le stade de Lisbonne et à partir de là, une série stratosphérique de 32 matchs consécutifs sans défaite, dont 27 victoires.

En fait, L’Italie en a déjà remporté 13 d’affilée avant le défi d’affronter l’Espagne demain en demi-finale du Championnat d’Europe. On lui reproche le fait qu’une équipe à son niveau n’ait pas encore été mesurée dans ce parcours, bien qu’en quarts de finale, son dernier match, il ait battu une Belgique arrivée à l’Allianz Arena avec la vitole de détenir le numéro 1 de la Classement FIFA.

PLÉNIÈRE À 15

Justement, les « diables rouges » partageaient avec l’Italie le record d’un tour de qualification et d’un Championnat d’Europe impeccable. Quatorze victoires consécutives, qui dans le cas de Mancini, sont déjà 15 (avec 49 buts pour et six contre), ce qui a signifié un nouveau record, renversant également l’Allemagne. Soit dit en passant, les Allemands ont mis fin à leur séquence lorsque l’« azzurra » a croisé leur chemin à l’Euro 2012, que l’Espagne a célébré en battant l’Italie 4-0 en finale. C’est ainsi que s’écrit l’histoire.

Si elle bat l’Espagne, l’Italienne deviendra la première équipe de l’histoire capable de signer six victoires dans une phase finale du Championnat d’Europe, et aussi d’affilée. Tous sont des records dans cette ‘azzurra’, mais ce qui est vraiment significatif, c’est qu’il les atteint en enterrant définitivement ce ‘catenaccio’ qui l’a accompagné pendant tant de décennies. L’Italie de Mancini gagne et convainc, prend l’initiative dans les matches et ne recule pas lorsqu’il marque le premier. Un rival redoutable.

Share