Lord Alan Sugar révèle qu’il a averti le président de Tottenham, Daniel Levy, d’avoir rejoint la controversée Super League européenne

Lord Alan Sugar a affirmé avoir mis en garde le président de Tottenham, Daniel Levy, contre l’adhésion à la Super League européenne.

Arsenal, Chelsea, Liverpool, Manchester City, Manchester United et les Spurs se sont tous retirés de la compétition d’échappée controversée, à peine 48 heures après l’avoir rejoint au milieu de violentes réactions des fans, le mois dernier.

.

Levy a fait face à la réaction des fans de Tottenham pour l’implication du club dans la Super League européenne

L’ancien président des Spurs, Sugar, a qualifié l’échec de la Super League européenne de “ blague ” en révélant son avertissement à Levy.

Il a déclaré mercredi à White et Jordan sur talkSPORT: «Je suis ravi que tous les [Premier League] les clubs se sont retirés.

«Tottenham, mon club, ce qu’ils ont fait, c’est de dire:« Attendez une minute, incluez-nous, s’il vous plaît. Nous sommes un grand club, nous voulons entrer, alors ne le laissez pas comme les clubs de Manchester, Liverpool, Chelsea et Arsenal, nous voulons entrer ”.

«J’ai parlé à Daniel Levy et je lui ai dit: ‘Daniel, ce n’est pas une bonne idée. Vous avez ici l’occasion d’être magnanime et de vous retirer et de dire que les fans n’en veulent pas, alors nous allons sortir ».

«C’est une blague absolue et totale et un exemple des Américains qui essaient de prendre le dessus sur notre jeu.»

Lord Sugar a passé neuf ans en tant que président de Tottenham dans les années 1990

.

Lord Sugar a passé neuf ans en tant que président de Tottenham dans les années 1990

Lord Sugar a insisté sur le fait que les fans étaient plus importants que toute somme d’argent dans sa conversation avec Levy.

Il a ajouté: «Tout ce que j’ai fait, c’est de lui envoyer un message WhatsApp.

«Nous communiquons beaucoup entre nous sur certaines choses. Mais je lui ai dit, “les fans sont plus importants”.

«Dans notre match en Angleterre, nous avons assez d’argent. Il y a assez d’argent jeté à la ligue par les différentes sociétés de télévision, les droits d’outre-mer, les droits britanniques.

«Vous avez Amazon, BT Sport, Sky, la BBC. Franchement, ce qu’ils [the clubs] il faut trouver une solution pour adapter ce qu’ils paient pour les transferts et les salaires.

«Je sais que c’est une très vieille histoire, mais que pouvez-vous faire?»